jeudi 12 septembre 2013

Les affligés


De retour au pays, d’une guerre qui l’a défiguré, Quinn en était parti anéanti par ce qu’il avait vu, et surtout par les accusations qui pesaient et pèsent encore sur lui.

L’Australie retrouve ses soldats partis défendre la vieille Europe, et ses habitants se meurent de la grippe espagnole.

C’est dans ce contexte dramatique à la fois sur le plan personnel et collectif, que Quinn veut enfin venger Sarah.

Dans ce roman policier qui ne dit pas son nom, mais que l’on ne peut cependant cantonner dans cet univers, interviennent les souvenirs, les réalités sauvages d’une contrée en construction, et le côté surnaturel sous les traits d’une gamine qui a plus d’un tour dans sa besace, et qui intrigue par ses étranges pouvoirs.

La violence des hommes se lit et se ressent au fil des pages, le dénouement est inévitable. Pouvait-il en être autrement d’ailleurs ?

Les qualités de conteur, et la précision de l’écriture donnent au lecteur une impression d’ensemble nettement positive, et surtout l’envie d’y revenir.

Habilement construit, le suspense savamment dosé, ce roman manque cependant de ce petit supplément d’âme pour emporter complètement, et imprimer sa marque durablement.

Les affligés, Chris Womersley
Albin Michel, Mai 2012
336 pages
4ème de couverture :

Australie, 1919. Alors que la Grande Guerre est enfin terminée, une épidémie de grippe espagnole ravage le pays.  Dans une atmosphère de fin du monde, des hommes en armes bloquent les routes et parcourent les campagnes pour imposer la quarantaine.
Quinn Walker, un soldat démobilisé et hanté par ce qu’il a vécu, retrouve la petite ville de  Flint en Nouvelle- Galles du Sud, qu’il avait quittée dix ans plus tôt, après avoir été accusé à tort d’un crime effroyable. Persuadé que son père et son oncle le pendront s’ils le trouvent, Quinn décide de se cacher dans les collines avoisinantes. Il y rencontre une gamine mystérieuse, qui l’encourage à réclamer justice et semble en savoir plus qu’elle ne le devrait sur son supposé crime…
Roman sombre et lumineux où il est question d’amour, de rédemption, de regret et de vengeance, Les Affligés est un livre fort, qui nous parle aussi des souffrances  qu’impose la guerre tant à ceux qui partent au front, qu’à ceux restés derrière pour toujours.
A propos de l’auteur :

Chris Womersley est un écrivain australien, né en 1968 à Melbourne. Eclectique, il est l'auteur de romans policiers, de nouvelles mais aussi de recueils de poésie.
Il fit ses classes en tant que journaliste pour la radio. C'est également un voyageur passionné (Inde, Asie du Sud-Est, Amérique du Sud, Amérique du Nord et Afrique de l'Ouest.)
Il vit aujourd'hui à Sydney et publie pour la première fois en 2012 chez Albin Michel (Les Affligés).

 Pour l'Australie dans  le challenge d'Alexandra .



 



3 commentaires:

  1. J'avais adoré cette "Fifi Brindacier"!La touche surnaturelle est bien dosée et adéquate dans ce roman.

    RépondreSupprimer