jeudi 21 janvier 2016

Les petites filles



Lina est étudiante. Écorchée vive, elle tente de se réparer en se mettant au service des autres, puis en se décidant à partir 1 an en Chine pour parfaire son chinois. Elle ne sait pas encore qu’elle va mettre un pied en enfer…..
Avant de poser son sac à Canton, sa destination finale, elle accepte de se rendre en campagne pour rendre service. Elle y découvre des pratiques d’un autre âge qui consistaient à faire disparaitre les filles premières nées.
Quand la politique de l’enfant unique pousse une société au pire ….

Le sujet est dur, met mal à l’aise. Il y a de a part de l’auteur  un travail évident de recherche Les faits sont tellement violents et inimaginables que l’on peine à  la croire. Il y a une volonté manifeste ( et un certain courage aussi) de la part de Julie Ewa de dénoncer une forme de génocide qui ne dit pas son nom sur lequel le monde occidental a longtemps fermé les yeux.

Julie Ewa arrive dans l’univers du polar avec un sujet rarement traité dans ce genre littéraire, et dont on commence seulement à appréhender les conséquences gravissimes. Sur le plan de la langue, elle  peut encore, me semble-t-il, progresser, et travailler à donner plus de profondeur à ses personnages qui ont une base intéressante. Mais, de par la construction de son roman, l’angle par lequel elle traite ses sujets, et le rythme qu’elle donne à l’ensemble, Julie est une auteure à potentiel dont on peut continuer à suivre le travail.

Je remercie vivement les éditions Albin Michel .

Les petites filles de Julie Ewa, Albin Michel, janvier2016 ,410 pages


Julie Ewa, jeune auteure alsacienne de 24 ans, est diplômée en philosophie.


1 commentaire:

  1. Tu avais pris un risque avec un nouvel auteur. Pas si mal tout de même

    RépondreSupprimer