mercredi 2 mars 2016

Landfall



Rose, et Rosy…
2005, La Nouvelle-Orléans est frappée par l’ouragan Katrina. Prise au piège des eaux est n’est plus que l’ombre d’elle-même. Hommes et femmes, jeunes et moins jeunes s’accrochent de toutes leurs forces à ce qu’ils peuvent pour sauver ce qui leur reste : leur vie

Ellen Urbi, nous conte le destin parallèle de deux femmes que tout oppose, ou presque…
Alternativement nous suivons Rose et Rosy, leur passé et leur présent.
Cette quête est menée avec à la fois l’urgence qui sied aux évènements, et la sensibilité et la tendresse d’une femme qui bouleversée par la fin tragique d’une inconnue souhaite lui redonner vie et dignité.

Impeccablement traduit, Landfall (titre difficilement traduisible tant on peut lui donner de sens et de subtilité), est un texte fort et subtile. Il mêle le climat général d’une ville dévastée forte de ses habitants luttant de toute leur âme, et les sentiments intimes d’une femme déterminée et pleine d’humanité.

L’auteur s’est abondement documentée pour donner à cette histoire originale un aspect réaliste incontestable.
C’est avec fougue que l’on rentre dans la lecture de ce roman, et avec tendresse que l’on accompagne Rose et Rosy et qu’on les voit se rejoindre à leur façon…

Un grand merci aux éditions Gallmeister pour la lecture en avant- première de ce roman.
 Les avis de Lea, Caroline ,

Landfall, de Ellen Urbani, traduit de l’anglais par Juliane Nivelt, chez Gallmeister, collection Americana (Mars 2016, 300 pages)



Ellen Urbani a fait partie des Peace Corps au Guatemala de 1991 à 1993, avant de rentrer aux États-Unis finir ses études de thérapie par l’art. Spécialisée dans les traumatismes liés à la survie, elle a travaillé pour le département de la santé sur les répercussions émotionnelles dues à la maladie et aux catastrophes. Son premier livre paru en 2006 relate son expérience au Guatemala, alors que le pays était en guerre. Elle est désormais installée dans une ferme à côté de Portland, dans l’Oregon, avec son mari et deux jeunes enfants.


3 commentaires:

  1. Merci pour cette belle chronique :)

    RépondreSupprimer
  2. Beaucoup de lecteurs pour ce livre et de bons retours. Encore une bonne idée pour le challenge

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai rien lu de cet éditeur depuis très longtemps. Il faudrait que je remédie à cela. Pinaise Mimi, comment vais-je trouver le temps !!

    RépondreSupprimer