jeudi 25 août 2016

Désorientale



Kimi Sadr est une jeune femme qui comme l’auteur de ce roman quitte l’Iran alors qu’elle est une enfant avec des parents d’abord opposant à l’ancien régime, puis au nouveau.

Nous faisons sa connaissance alors qu’elle est engagée dans un lourd protocole d’insémination artificielle.

Parallèlement, nous plongeons quelques décennies en arrière dans l’histoire familiale en Iran. Génération après générations Kimi Sadr nous fait partager le parcours de deux familles un peu hors norme, intellectuellement et politiquement actifs, socialement en avance. De la mémoire familiale, restent des personnages haut en couleur, sachant parfaitement s’adapter au fil des générations, et de l’histoire mouvement d’un pays dont nous découvrons, ici, les moments clés de l’histoire politique des années 60 et 70 (et c’est rare dans la littérature iranienne). C’est passionnant à plus d’un titre, surtout dans la lente genèse de la Révolution iranienne.

Bien entendu le passé et le présent se mélangent pour mieux souligner la dualité à laquelle est confrontée Kimi n’hésitant pas à faire le grand écart pour gommer sa part "d’orientalité" et assumer ce qu’elle est et son orientation de vie.

Désorientale est un premier roman surprenant de par ses contrastes, enrichissant, plaisant à lire, rythmé, désordonné juste ce qu’il faut, mais qui pêche un peu sur la plan émotionnel par ses aspects un peu trop techniques, à mon sens bien entendu. Il lui manque de fait un peu de chaleur. N’empêche que ce premier ouvrage ne manque pas de qualités, et que son auteur est un nom à retenir !

Désorientale de Négar Djavani, chez Liana Levi (Août 2016, 350 pages)


Négar Djadadi naît en Iran en 1969 dans une famille d'intellectuels, opposants au régime du Shah puis de Khomeiny. Elle arrive en France à l'âge de onze ans après avoir traversé les montagnes du Kurdistan à cheval avec sa mère et sa soeur. Diplômée de l'INSAS, une école de cinéma bruxelloise, elle travaille quelques années derrière la caméra. Elle est aujourd’hui scénariste, aussi bien de documentaires que de séries, et vie à Paris. Désorientale est son premier roman.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire