mercredi 14 septembre 2016

Et la vie nous emportera



Prologue et épilogue se situent en 1952 dans une réserve du Minnesota, pour constater la mort d’une jeune femme répondant au nom de Prudence, le titre original de ce livre….

Entre les deux, l’auteur nous plonge au moment où les États-Unis vont entrer en guerre. D’un côté les Washburn, parents et le fils Frankie ; de l’autre Billy, jeune métis et Félix, le vieil indien, travaillant tous deux sur la propriété de la famille.
 Prudence fait son apparition lors d’un évènement, qui dit-on va bouleverser le destin de la famille…
J’ai dit dit-on, car, justement, c’est là que je suis très embarrassée pour commenter un roman, bien écrit, et bien traduit du reste, qui m’a complètement laissée au bord de la route. J’ai, en outre eu du mal à en comprendre le sens, la finalité et par conséquent son intérêt.
 En lisant le sujet, j’attendais un grand roman sur les amérindiens, j’attendais quelque chose de fort, et comme le prétendait Toni Morrison « un roman extraordinaire et véritablement hypnotique » !!!! Rien que cela. Alors je crois que nous n’avons pas lu le même livre. Je n’y ai vu aucun panache, j’y ai trouvé des longueurs, et éprouvé un certain ennui, et une grosse question en le refermant «  mais qu’est que l’auteur a bien voulu me raconter ? »

Je n’ai pas compris la traduction du titre pour ce roman, qui à mon sens aurait gagné en clarté à conserver celui que l’auteur lui avait donné dans sa langue originale.

Bien entendu, beaucoup sur la blogosphère ont apprécié ce roman. Il ne fait aucun doute que certaines choses m’ont échappé ;peut-être pourra-t-on m’éclairer. A moins que la rencontre avec l’auteur ne se soit tout simplement pas faite. Il me sera dans ce cas un peu difficile de faire une seconde tentative.
Dommage, j’aurais tant voulu l’aimer….

Merci aux éditions Albin Michel pour l’envoi de ce livre.



Et la vie nous emportera de David Treuer, traduit de l’américain par Michel Lederer, chez Albin Michel (Août 2016, 320 pages)

David Treuer est un auteur américain né à Washington DC en 1970.
Son père, juif autrichien, a émigré aux États-Unis en 1938, et sa mère est une amérindienne Ojibwé. Il a grandi dans la réserve indienne de Leech Lake, au nord du Minnesota.
Il a étudié à l'université de Princeton et a obtenu son diplôme en 1992 après avoir écrit deux thèses.
Il a publié son premier roman, "Little, en 1995". Son second livre, "The Hiawatha", a suivi en 1999. Il a publié deux livres simultanément à l'automne 2006: "Le Manuscrit du docteur Apelle" (nommé "Meilleur livre de l'année 2006" par le Washington Post, le Minneapolis Star Tribune, le Time Out Chicago et City Pages) et "Native American Fiction: A User's Manual".

En 2016, il publie "Et la vie nous emportera".

Il enseigne à l'Université du Minnesota, à Minneapolis.

1 commentaire:

  1. Quelques fois, l'on est déçu parce que l'on attendait autre chose

    RépondreSupprimer