vendredi 18 août 2017

Par le vent pleuré



Au cœur des Appalaches, la rivière vient de rendre des ossements qui semblent être ceux d’une jeune fille disparue il y a 50 ans.
Justement, 50 ans auparavant alors que souffle le vent du Peace and love, les deux frères Bill et Eugène font la connaissance (et plus si affinité) de Ligeia,  jeune fille décomplexée, pas farouche, et pas vraiment indifférente à la fumette, et aux petites pilules. Car justement, les pilules sont à sa portée de main, ou presque. Bill et Eugène vivent chez leur grand –père, médecin, et pas vraiment l’homme le plus facile et le plus cool.

Tout se joue le temps d’un été ; été 69...
50 ans plus tard, Bill a suivi la voie familiale en devenant médecin ; Eugène (le narrateur) de 5 ans son cadet se contente de boire l’héritage familial.
Il faudra bien à un moment ou à un autre allez déterrer les vieux démons, allez fouiller dans le passé…

J’ai fait la connaissance de Ron Rash avec Un monde à l’endroit, mais c’est Le chant de la Tamassee, qui à ce jour à mes yeux est son meilleur cru ; une terre d’ombre, m’avait un peu déçue. Inévitablement, en suivant un auteur, on espère toujours que son prochain opus dépassera le dernier.

Par le vent pleuré, n’est pas, à mon sens son meilleur roman. Je l’ai trouvé plus rapide que les autres. S’il exploite des thèmes profonds, il m’a semblé que l’auteur aurait pu aller plus loin en creusant davantage. On est moins impliqué émotionnellement. L’environnement et  la nature sont plus en retrait, moins exploités dans ce roman. A mon sens, c’est dommage, car cela m’avait semblé être un marqueur assez net de son œuvre.

Il n’empêche que je continuerai non seulement à le suivre, mais aussi à revenir vers ses ouvrages plus anciens.

Je remercie les éditions du Seuil pour l’envoi de mon exemplaire, et leur confiance .

Par le vent pleuré de Ron Rash, traduit de l’américain par Isabelle Reinharez, aux éditions du Seuil (Août 2017, 200 pages)


Ron Rash est un écrivain, poète et nouvelliste, auteur de romans policiers né en Caroline du Sud en 1953.

Il étudie à l'Université Gardner–Webb et à l'Université de Clemson, où il obtient respectivement un baccalauréat et une maîtrise en littérature anglaise. Il devient ensuite enseignant, métier qu'il exerce toujours.
Il est actuellement professeur émérite au département d’Études culturelles appalachiennes de la Western California University.
Sa carrière d'écrivain s'amorce en 1994 avec la publication d'un premier recueil de nouvelles, puis d'un recueil de poésie en 1998.
Il a écrit de recueils de poèmes, de recueils de nouvelles, et de romans, dont un pour enfants, tous lauréats de plusieurs prix littéraires.
Il publie "Un pied au paradis" (One Foot in Eden), son premier roman policier, en 2002.
"Le monde à l'endroit" (The World Made Straight) a été publié en 2006 et "Une terre d'ombre" (The Cove) en 2012.

Son roman "Serena", sorti en 2008, a été transposé au cinéma par Sasanne Bier en 2014, avec dans les rôles titres Bradley Cooper et Jennifer Lawrence.
Ron Rash vit actuellement à Asheville en Caroline du Nord.

2 commentaires:

  1. Un univers très marqué, ce qui pourrait me lasser si la lecture n'y était pas toujours aussi agréable. Si il tente d'en sortir un peu, tant mieux. Je le lis bientôt

    RépondreSupprimer
  2. Ce n'est pas mon préféré (j'ai tout lu de lui) mais il reste, tout de même, un excellent raconteur d'histoire !

    RépondreSupprimer