lundi 30 mai 2016

Les sirènes de Bagdad



Cet opus clos une trilogie consacrée aux conflits entre l’orient et l’occident. Yasmina Khadra nous a d’abord amenés à Kaboul, puis Israël. Cette fois, nous sommes en Irak, pays envahi par les USA sur le seul argument-fallacieux- de la présence d’arme de destruction massive.

Nous faisons la connaissance du narrateur, un gamin du désert qui va vite être confronté, ainsi que sa famille, à la folie humaine, et en particulier aux exactions de l’armée américaine, à son aveuglement, et sa force de destruction humaine.
C’en est trop pour ce gamin qui n’a plus d’autre solution que de venger les siens. Ce sera Bagdad, puis Beyrouth…

On retrouve la simplicité stylistique  des précédents opus qui contraste étonnement avec la complexité du conflit d’une part, et de l’état d’esprit de notre protagoniste, d’autre part.
Cette complexité provoque parfois une forme de malaise à la lecture tant  le lecteur peut avoir du mal à se situer.
Que se passe-t-il dans la tête d’un jeune homme humilié, dont le code de l’honneur est, selon son point de vue, bafoué ?
Yasmina Khadra n’apporte pas de réponse. Il met le lecteur face aux faits. Il ne juge pas.

Pour autant, ce troisième opus m’a semblé moins fort en émotion, car à mon sens plus radical et plus caricatural.

Les sirènes de Bagdad, de Yasmina Khadra, chez Fayard( Août 2006, 342 pages) disponible en poche chez Pocket (Août 2007,320 pages)


Yasmina Khadra, de son vrai nom Mohammed Moulessehoul, est né en 1955 dans le Sahara algérien. Écrivain de langue française, son œuvre est connue et saluée dans le monde entier. La trilogie Les Hirondelles de Kaboul, L'Attentat et Les Sirènes de Bagdad, consacrée au conflit entre Orient et Occident, a largement contribué à la renommée de cet auteur majeur. La plupart de ses romans, dont À quoi rêvent les loups, L'Écrivain, L'Imposture des mots et Cousine K, sont traduits dans 42 pays. Récemment, Les Anges meurent de nos blessures (2013) et Qu'attendent les singes (2014) ont paru aux éditions Julliard.



 Challenge Petit bac chez Enna : Lieu (ligne 3)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire