vendredi 10 mai 2013

Le monde libre


J’aime les histoires de famille… les exils, les difficultés, les renaissances…. Bref, le contenu me donnait envie.
Nous suivons donc cette famille juive (à l’exception de l’épouse d’Alec) fuyant à la fin des années 70 une vie étriquée  de l’autre côté du rideau de fer, pour la ville de Rome, à cette époque -là passage obligé pour les candidats à l’exil américain.
Le monde libre ; voilà ce qui attire nos personnages. A Rome ils y découvriront les tracasseries administratives, les tentations de toutes sortes, les difficultés financières….
L’histoire avait de quoi me combler ; la narration où le présent côtoie le passé sans cesse ressassé par l’aïeul  à la fois nostalgique, désabusé et rétif à l’exil, aurait pu donner  à l’ouvrage un certain style. Les personnages auraient pu me fasciner…
Seulement voilà, il n’en est rien, j’ai trouvé cela en définitive assez superficiel, sur-joué, presque artificiel.
Ce roman se lit vite , et s’oubliera sans aucun doute tout aussi vite.

Le monde libre, David Bezmozgis
Editions Belfond (Septembre 2012)
407 pages

4ème de couverture :
Chronique familiale drôle et poignante, une oeuvre qui nous donne à voir un épisode méconnu de l'Histoire. Porté par une construction tout en réminiscences qui nous renvoie à la Russie des tsars et à la révolution bolchevique, un roman d'une surprenante ampleur sur le déracinement, la nostalgie et l'irréductible espoir d'une vie meilleure. Nous sommes à l'été 1978 et les ruelles de Rome assistent à un étrange défilé : profitant que Brejnev a entrebâillé le Rideau de fer, les juifs d'URSS affluent massivement dans la Ville Eternelle, point de passage obligé vers le monde libre. Parmi eux, la famille Krasnansky. Samuil, le grand-père, ancien général de l'Armée rouge converti au communisme le plus viscéral ; Karl, le fils aîné, prêt à en découdre avec les possibilités que lui offre l'Occident ; Mec, le benjamin, play-boy désinvolte, et sa nouvelle épouse, une goy qui, par amour, a quitté sa famille. Pendant six mois, plongés dans les affres d'une administration kafkaïenne, soumis à toutes les tentations dans leur purgatoire romain, les Krasnansky vont tenter de survivre, suspendus à la promesse de cette nouvelle vie qui, peut-être, les attend de l'autre côté de l'Atlantique...

A propos de l’auteur :

Né en 1973 à Riga, en Lettonie, David Bezmozgis a émigré avec ses parents au Canada en 1980. Il vit aujourd'hui à Toronto. Son recueil de nouvelles Natasha a été sélectionné par le Los Angeles Times comme un des meilleurs livres de 2004 et a gagné le Commonwealth Writers' Prize du meilleur premier roman. David Bezmorgs figure sur la liste des vingt meilleurs écrivains de moins de quarante ans publiée par le New Yorker.


 Passage par La Lettonie pour le tour du monde de Helran .




Aucun commentaire:

Publier un commentaire