mercredi 21 août 2013

La confrérie des moines volants


« Chaque pièce sacrée soustraite aux mains des bolchéviques est une pierre de notre Eglise. »

Ainsi s’exprime le moine Nikodine à ses frères d’infortune vivant au fond des bois autant pour fuir les bolchéviques que pour sauver ce qui peut l’être de l’art sacré orthodoxe.

Renouant avec les grands thèmes du Turquetto, à savoir l’art et le sacré, Metin Arditi nous emporte, cette fois en pleine Russie bolchévique sur les trace d’un ermite orthodoxe  résistant comme il peut, et au péril de sa vie, et de ses compagnons à la tentative d’anéantissement de l’Eglise orthodoxe Russe.

Mêlant les faits historiques à la fiction, Metin Arditi brosse le portrait d’un homme  complexe  sans cesse pris entre une vie dédié à la prière et ses démons.
Et que dire d’Irina  qui fait une brève apparition en première partie ? Nous la retrouverons par la suite…tout comme Mathias….

Mathias, photographe un peu paumé, à la recherche de lui-même, que la mort de son père va bouleverser…..

Des forêts russes à Paris pour fuir ; de Paris à la Russie de poutine à la recherche de son âme russe, et des trésors enfuis, Metin Arditi surprend à nouveau son lecteur en l’emmenant un peu hors des sentiers battus,  en exhumant des faits méconnus de l’histoire russe contemporaine, et en nous faisant voyager dans un pays qui tente de se réconcilier avec son histoire, et sa culture.

« Quand on est russe, on l’est jusqu’à la moelle des os. Et on ne peut être que ça. »
« Un russe qui vit à l’étranger, c’est un être incomplet »

 Je remercie chaleureusement les éditions Grasset pour l'envoi en avant première de cet ouvrage, et de leur confiance.

La confrérie des moines volants, Metin Arditi
Grasset, Août 2013
350 pages



4ème de couverture :

1937. Le régime soviétique pille, vend et détruit les trésors de l’Eglise russe. Il ferme plus de mille monastères. Des centaines de milliers de prêtres et de moines sont exécutés. Les plus chanceux s’échappent, vivant cachés dans les forêts.
Voici l’histoire de Nikodime, qui, avec l’aide d’une poignée de moines-vagabonds, tente de sauver les plus beaux trésors de l’art sacré orthodoxe. Où l’on rencontrera un ancien trapéziste, un novice de vingt ans et quelques autres fous de Dieu. De l'avant-guerre à nos jours, de la Russie bolchévique à la Moscou des milliardaires et des galeries d’art, l’étourdissante histoire de quelques hommes de courage.
Et puis, bien sûr, il y a Irina. Elle fuit l'Enfer, traverse l'Europe, arrive à Paris, change d'identité... Elle est au cœur de cette lumineuse histoire de résistance et de rédemption.

A propos de l’auteur :

 Né en 1945 à Ankara, Metin Arditi vit à Genève. Il préside l'Orchestre de la Suisse romande et la fondation Les Instruments de la Paix-Genève. Son oeuvre, publiée chez Actes Sud comprend notamment La fille des Louganis (2007 ; Babel n° 967), Loin des bras (2009 ; Babel n° 1068) et Le Turquetto (2011).



Aucun commentaire:

Publier un commentaire