mardi 14 octobre 2014

Owen Wingrave (Benjamin Britten)



Présentation :

Un garçon se rebelle contre une société va-t-en guerre et la tradition familiale militariste, l’œuvre-symbole de l’engagement pacifique de Britten, dans le contexte de la guerre du Viêtnam.


Nouvelle production :
Scénographie : Fabien Teigné

Costumes : Yashi
Lumières : Philippe Berthomé
Conception vidéo : Marie-Eve Signeyrole
Réalisation vidéo : Collectif IDSCENES (Julien Cano, Julien Meyer, Laurent Ferrat)

Orchestre symphonique et lyrique de Nancy

Chœur d’enfants du Conservatoire régional du Grand Nancy
Ouvrage chanté en anglais, surtitré.

Durée : 1h50 sans entracte
Direction musicale :Ryan McAdams

Mise en scène :Marie-Eve Signeyrole

Opéra en deux actes d’après un livret de Myfanwy Piper d’après la nouvelle de Henry James (1892)

Créé au Covent Garden de Londres le 10 Mai 1973



Owen Winegrave n’est pas l’ouvrage lyrique de Britten le plus joué, ni celui qui a eu le plus de succès. En revanche il cadre parfaitement avec l’antimilitarisme, de son auteur.


Owen Winegrave refuse le destin tracé de tout fils de bonne famille. C’est décidé, il n’embrassera pas la carrière militaire, au risque de s’attirer les foudres, et ça n’est pas peu dire de sa famille.
Sortant du cadre conventionnel du livret, Marie-Eve Signeyrole choisit de camper son décor sur une plate- forme pétrolière modulable, et mobile  aux aspects austères, et finalement assez guerrier comme pour montrer la dureté du combat de celui qui refuse une autre forme de combat.

La vidéo accompagne avec brio, sans trop se mettre en avant, une partition fort bien interprétée, et un casting vocal de premier choix. J’ai notamment aimé les images de mer démontée, ou de ciels tourmentés.

 L’intensité dramatique ne fait que croître au fil de ces 90 minutes que l’on ne voit absolument pas passer

Ce fut pour moi une heureuse découverte, chez un compositeur dont j’ai déjà pu apprécier d’autres ouvrages ; un plaisir immense pour cette ouverture de saison pleine de promesses.










 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire