dimanche 10 mai 2015

Dans la peau d'un noir





« La seule chose qui sauve le noir du désespoir complet est sa conviction, la vieille conviction de ses ancêtres, que ces choses ne lui sont pas destinées personnellement, mais à sa race, à sa pigmentation. »
 
 Ce récit date du début des années 60 dans les états du sud des USA.Il est l’œuvre d’un journaliste, blanc, sensible à la cause des noirs, et à toutes les formes de discrimination. Il s’isole de sa famille, et  grâce aux moyens médicamenteux, et à de multiples astuces de grimage, il s’applique à prendre le physique d’un noir pour sillonner les états du sud et vivre aux côtés de la communauté noire et ainsi mieux appréhender son quotidien fait de brimades, humiliations, et de s’imprégner des préjugés dont elle est l’objet de la part de la communauté blanche.

C’est tout simplement édifiant. John Howard griffin utilise un style journalistique. Sa terminologie est dénuée d’emphase et de fioriture. Elle laisse le lecteur face à une cruelle réalité ; celle d’hommes et de femmes considérés comme des animaux aux mœurs et coutumes plus que douteuses indignes de côtoyer l’homme blanc, civilisé  et pourvu de toutes les qualités.

C’est un voyage dans un monde, certes révolu…mais pas qui peut à tout moment redevenir d’actualité.

Au-delà de la mise en situation d’un blanc dans celui d’un noir, ce récit donne à chacun et à chacune à réfléchir sur les difficultés quotidiennes de celles et ceux privés d’une ou plusieurs aptitudes physiques.

A l’heure où l’accessibilité des lieux publiques est devenue une obligation à tous, il convient de se mettre de temps à autre à la place de l’autre, même devant l’ampleur de la tâche, et la réglementation effrayante qui s’impose à nous ;et c’est peu dire.

Dans la peau d’un noir, John Howard Griffin
Gallimard, 1962/Folio, Juin 1976
248/250 pages

4ème de couverture :
Comment un écrivain américain s'est transformé en Noir avec l'aide d'un médecin, pour mener pendant six semaines la vie authentique des hommes de couleur.

A propos de l’auteur :
John Howard Griffin (1920,Dallas-1980,Fort Worth) est un journaliste et écrivain américain, réputé pour son combat contre les discriminations raciales.

Il est surtout connu pour son ouvrage Dans la peau d'un Noir, écrit suite à son expérience de la ségrégation raciale dans le sud des États-Unis en 1959.

Il étudie le français et la littérature à l'Université de Poitiers, ainsi que la médecine, également en France. Il passe quelque temps chez les Bénédictins à l'Abbaye de Solesmes où il étudie les effets de la musique sur la folie.

Lors de la Seconde Guerre mondiale, il est rattaché au service psychiatrique d'un hôpital en France. Puis il prend part à la Résistance et va ensuite servir l'armée américaine dans le Pacifique avant de retourner en Europe juste avant la fin de la guerre.

Lors d'un combat, il est atteint par un éclat d'obus qui le rend aveugle quelques mois après. Il rentre alors vivre chez ses parents au Texas et étudie la philosophie, jusqu'à son mariage en 1952. Il retrouve toutefois miraculeusement la vue en 1957.

En 1959, préoccupé par la condition des Noirs dans le sud des États-Unis, il décide de subir un traitement associé à des rayons ultraviolets pour se brunir la peau. Il passe ensuite 6 semaines dans le sud des États-Unis (en Louisiane, au Mississippi, en Alabama et en Géorgie) pour se rendre compte de la ségrégation raciale subie au quotidien par les Noirs.

Pour le challenge d'Enna, catégorie Couleur ( 3ème ligne)

 8/24

Aucun commentaire:

Publier un commentaire