samedi 23 septembre 2017

Inavouable



C’est avec Un fond de vérité que j’ai fait connaissance avec Miloszewki et son inspecteur fétiche Szacki. Son troisième opus, la rage, avait confirmé tout le bien que je pensais de ce nouvel auteur polonais.

Alors forcément quand le hasard frappe une troisième fois, je ne peux que me réjouir. Une seule petite inquiétude cependant : Szacki n’a pas repris du service.

Quatre personnages occupent la majeur partie de ce gros, très gros roman : Zofia, un agent gouvernemental ; Anatol, agent secret ; Karol, marchand d’art et enfin Lisa, voleuse d’œuvres d’art

Ce quatuor a pour mission de retrouver une peinture de Raphaël, considéré comme un trésor national, ayant disparu durant la seconde guerre mondiale.

Avant d’en arriver au vif du sujet, Miloszewski promène littéralement son lecteur dans tous les sens, et à toutes les époques. C’est touffu, obscure et n’ayons pas peur des mots, ennuyeux.
Bref, en persévérant un peu, on finit par connaître, enfin, l’objet  de ce pavé bien encombrant ….

Je n’ai pas apprécié grand-chose de ce roman ; si la thématique de la spoliation des œuvres d’art était une bonne base, elle m’a semblé surexploitée, comme si l’auteur n’ayant que peu d’éléments à propos du fameux  tableau (il suffit de se renseigner  à ce sujet pour comprendre qu’il n’y a rien à en dire)  en ajoutait de façon caricaturale pour provoquer je ne sais quel suspense. De plus aucun des personnages ne m’ont semblé suffisamment aimable pour m’y attacher.

Il parait que l’auteur a voulu essayer un genre différent ; qu’il s’y est beaucoup amusé…. En ce qui me concerne cela m’a profondément ennuyé !

Policier  faisant partie de la sélection du jury d’octobre pour le Grand prix des lectrices Elle 2018 .

Inavouable de Zygmunt Miloszewski, traduit du polonais par Kamil Barbarski, aux éditions du fleuve (Septembre 2017, 608 pages)


Zygmunt Miłoszewski est un écrivain, journaliste et scénariste polonais né en 1976.

Il amorce sa carrière professionnelle en 1995 au quotidien populaire "Super Express" où il est pendant des années chroniqueur judiciaire.

Il travaille également pour l'édition polonaise de "Newsweek" (où il a tenu une chronique sur les jeux vidéo) de 2003 à 2008.

Il commence à publier des nouvelles et des romans en 2004.

En 2005, il publie son premier roman d’horreur, "L'Interphone" (Domofon), très remarqué par la critique, puis il enchaîne les succès, notamment avec une trilogie de romans policiers mettant en scène le procureur Teodor Szacki.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire