vendredi 17 novembre 2017

La soif



Il y a un an je découvrais, avec plaisir, Jo Nesbo, et surtout je me demandais comment j’avais pu l’ignorer aussi longtemps. Et je n’avais, à ce moment- là, pas encore fait connaissance avec Harry Hole, l’inspecteur emblématique de Jo Nesbo ; Toutes proportions gardées, Harry Hole est à a Norvège, ce que Wallander est à la Suède.

Il ne fait pas bon entre dehors à Oslo pour y prendre un verre. Il y rôde un assoiffé de sang à la mâchoire rouillée. Il laisse derrière lui un, puis plusieurs cadavres en fort mauvais état.

Harry Hole qui depuis quelques temps avait quitté les affaires pour se consacrer aux étudiants de l’école de police est contacté pour reprendre du service. L’affaire est bien compliquée ; Harry a l’expérience et les compétences,il est un bon meneur d’homme. Bref, son absence se fait cruellement sentir.

Voilà donc notre inspecteur, qui entre temps est redevenu plus sobre, se lance donc dans une enquête particulièrement difficile. Hole n’est pas qu’un flic, c’est aussi un mari, et un père ; et cela a bien sur son importance parce que souvent le privé et le professionnel se télescope.

Jo Nesbo nous embarque ainsi dans les rues froides et sombres d’Oslo semant ici ou là fausses pistes, et petits détails insignifiants  dans une chasse à l’homme pleines de surprises et de rebondissements ; le tout dans un bon gros livre qui se lit tout seul.

Jo Nesbo le musicien, n’oublie pas au passage de nous proposer au fil des pages une play- liste, qui sans être ma tasse de thé montre un auteur documenté et passionné.

En littérature policière, j’apprécie beaucoup le concept du personnage récurrent, surtout s’il est suffisamment rugueux et cabossé pour imprimer sa marque. Avec Harry Hole, j’ai été particulièrement servie, tout en regrattant ne pas l’avoir découvert plus tôt. Toutefois, il ne m’a pas semblé impératif d’avoir lu les précédents opus pour apprécier celui-ci à sa juste valeur.

Un grand merci à masse critique Babélio et aux éditions Gallimard pour l’envoi de ce livre.

La soif de Jo Nesbo, traduit du norvégien par Céline Romand-Monnier, chez Gallimard, collection noire (Octobre 2017, 6010 pages)


Jo Nesbø, musicien, auteur-interprète, journaliste économique, est un écrivain norvégien renommé né en 1960.

Il a d'abord été journaliste économique puis s'est dirigé vers la musique. Il est connu pour sa participation en tant qu'auteur, compositeur et interprète au groupe de pop "Di Derre," un des plus célèbres en Norvège, de 1993 à 1998.

Il est propulsé sur la scène littéraire en 1997 avec son premier titre "L'homme chauve-souris" qui reçoit en 1998 le prix du meilleur roman policier nordique.

Suivront Les cafards, et Rouge-Gorge, sacré meilleur polar norvégien de tous les temps par les lecteurs ainsi que par les auditeurs de la radio nationale.

En 2007, Jo Nesbø écrit son premier roman pour la jeunesse, "La Poudre à prout du professeur Séraphin" qui obtient un gros succès et est adapté au cinéma en 2014.

Non inclus dans la série de l'inspecteur Harry Hole, le thriller Chasseurs de têtes (Hodejegerne, 2008), est également adapté au cinéma sous le titre Headhunters (Hodejegerne) en 2011.

Son dernier roman Du sang sur la glace, II : Soleil de nuit est paru en mars 2016 aux éditions Gallimard dans la collection Série Noire.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire