lundi 15 janvier 2018

Ariane



La banlieue de Bruxelles, elles sont deux adolescentes : Ariane et la narratrice. Ariane vit dans un milieu aisé, alors que la narratrice vient plutôt d’un milieu modeste. Elles font toutes deux connaissances au lycée. C’est le début d’une amitié très forte, pour le meilleur, et surtout pour le pire….

Myriam Leroy, dans ce premier roman dépeint ici une amitié vénéneuse, d’un amour amical aussi puissant que délétère. Elle met ainsi à nu les tourments de l’adolescence, ses instabilités émotionnelles, ses bouleversements physiques et psychiques ; elle montre cette quête de reconnaissance et d’amour de ces adultes en devenir, persuadés de leur maturité, mais étouffés par le doute, la jalousie et l’envie.
C’est dans une langue plus proche de l’oral que de l’écrit que s’exprime Myriam Leroy, comme pour mieux coller à nos deux personnages. Elle instaure une tension certaine qui va crescendo jusqu’au dénouement qui en réalité n’en est pas tout à fait un.
Ariane est un premier roman original, agréable à lire ; ses deux héroïnes sont attachantes, chacune à leur façon. Il laisse entrevoir un auteur de talent.

Un grand merci à Muriel pour la découverte de cet ouvrage.

Ariane de Myriam Leroy, aux éditions Don Quichotte (Janvier 2018, 210 pages)


Myriam Leroy est journaliste en radio, télévision et presse écrite à Bruxelles.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire