mardi 31 juillet 2018

Le temps où nous chantions


Il y a des livres, on ne sait  d’ailleurs pas trop pourquoi, que l’on redoute  à lire, alors que l’on sait inconsciemment qu’ils nous plairont.
Le temps où nous chantions est de ceux- là, il ne pouvait pas ne pas me plaire, mais il  fallait juste trouver le bon moment ; ce sera donc l’été 2018, le pavé de l’été !

Par la voix de Joey, et, dans un constant  va et vient avec le temps, entrons sans hésiter au sein de la famille Strom ; et quelle famille. Le père est un physicien de renom, un immigré juif allemand, marié à une jeune femme noire, fille de médecin. Délia a une voix magnifique, David, ne chante pas mais aime la musique. Ces deux –là que tout oppose dans les Etas Unis des années 40 se marient envers et contre tous et fondent une famille : Jonah, Joey  Ruth la petite dernière.

Tout pour la musique ; tel pourrait être le slogan pour caractériser ce long roman dont le narrateur est Joey, et qui nous fait traverser50 ans d’histoire, 50 ans de lutte, 50 ans de création musicale.

Il y a d’abord cette famille façonnée par Délia, et sur laquelle Joey veille malgré lui parce que la mère, implicitement en a décidé ainsi. Cette fratrie disparate, où chacun finalement aura son rôle passe les années à se chercher, s’éloigner et se retrouver au gré des évènements.

L’identité, la culture, la question raciale est un thème omniprésent dans cette histoire. Le rêve d’égalité, de fraternité  ne cessent d’animer cette famille pour qui le métissage n’a jamais posé problème alors qu’elle vivait dans une société où c’était à contrario Le Problème.

Mais que serait ce roman sans son personnage principal, la Musique. Richard Powers, à l’instar des deux frères chanteurs dans l’âme, fait chanter son ouvrage, et berce son lecteur, d’autant s’il est mélomane. L’érudition qui émane de ce livre peut rebuter le non connaisseur. Mais le mélomane se sent très vite pris dans ce piège mélodieux.

Le temps où nous chantions de Richard Powers, traduit de l’américain par Nicolas Ricahrd, au Cherche-midi (Septembre 2006,768 pages), disponible en poche chez  10/18 (Avril 2008, 1050 pages)


Richard Powers est un écrivain américain né dans l'Illinois en 1957 .

Après quelques années d'études de physique, Richard Powers commence des études de littérature à l'Université de l'Illinois où il obtient son Master of Art en 1979.

Il devient un auteur reconnu et à succès aux États-Unis au début des années 1990, avec des romans explorant la relation entre sciences (physique, génétique), technologie, et art (musique).

La Chambre aux échos reçoit en 2006 le National Book Award.




2 commentaires:

  1. He! Un roman qui décrit un contexte original et interessant pour qui aime la musique !

    RépondreSupprimer
  2. Un roman que j'avais moi aussi beaucoup aimé, un beau pavé, vraiment, dans tous les sens du terme

    RépondreSupprimer