vendredi 21 septembre 2018

Comme un seul homme


Une silhouette masculine dominant deux autres silhouette….la couverture de ce roman donne le ton, et ne laisse guère espérer de positif….

Un père embarque manu-militari ses deux garçons, suite au divorce houleux d’avec leur mère. Du Kansas, ils gagnent le Nouveau Mexique pour redémarrer une autre vie, lin d’une mère que l’on accable.
A priori, rien d’anormal…sauf que la situation de dégrade rapidement et gravement. Le père sombre dans la drogue, les mauvaises fréquentations, la violence laissant deux frères livrés à eux-mêmes et forcés d’endosser des responsabilités d’adultes alors qu’ils ne sont que des adolescents.
Ce roman, le premier publié de l’auteur, s’installe très vite dans une ambiance plombée, suffocante. Il invite le lecteur à rester sur ses gardes, à rester en retrait, derrière l’un des fils qui en est le narrateur à attendre un épilogue qu’il devine dramatique.

Sauf que qu’à mon grand désarroi, la fin tombe à plat. Avec un début presque idyllique, suivi d’une montée en puissance trop brutale pour être vraie, le tout s’achève assez bizarrement.

Le tout n’est pas désagréable à lire, mais n’incite guère à l’implication. Une lecture en demi-teinte qui ne me laissera pas un souvenir impérissable.

Lecture en partenariat avec les éditions Fayard et Netgalley

Comme un seul homme de Daniel Magariel, traduit de l’américain par Nicolas Richard, chez Fayard (Août 2018, 190 pages)


Originaire de Kansas City, Daniel Magariel est diplômé de l’Université de Columbia et de l’Université de Syracuse, où il a notamment étudié la littérature auprès de l’écrivain George Saunders. Daniel Magariel vit désormais à New York. Comme un seul homme est son premier roman.



mercredi 19 septembre 2018

Le prince à la petite tasse


Alors en pleine rédaction de son roman " L’Enlèvement des Sabines", la romancière Emilie de Turckheim et sa famille accueille pour quelques mois chez elle Reza, Afghan, ayant fui son pays depuis l’âge de douze ans.
Reza, arrive en France après une longue errance et un passage par l’Europe du nord.
Sensibilisée par celles et ceux qui dorment dehors, et n’écoutant que son cœur et son bon sens, la romancière et sa famille s’ouvrent naturellement à la détresse  de  jeune homme particulièrement volontaire pour s’intégrer et devenir indépendant.

Ce livre est le journal, le récit des neuf mois de vie commune avec Reza.
N’ayant jamais lu l’auteur, je découvre à la fois la plume et son jardin secret qu’est la poésie. Chaque évènement, ou anecdote est accompagné de poèmes que l’auteur rédige et livre au lecteur.
On y découvre également une femme au grand cœur dans sa pratique quotidienne de l’accueil avec ce qu’il comporte de joie, de difficultés, de curiosité.
Emilie de Turckheim n’élude rien des difficultés face à l’autre dans sa différence. Elle manie l’humour pour désamorcer les blocages.
Je n’ai pas senti, dans ce récit, l’écueil de l’autopromotion, ou de l’autosatisfaction. C’est à mon sens un récit sincère. A contrario, émotionnellement, il manquait un peu de conviction.

Merci aux éditions Calmann-Levy et Netgalley pour la découverte

Le prince à la petite tasse d’Emilie de Turckheim, chez Calmann-Lévy (Août 2018, 216 pages)


Emilie de Turckheim vit et écrit à Paris. Elle publie à vingt-quatre ans Les Amants terrestres.




lundi 17 septembre 2018

Sergent papa


Mathieu est un comédien un peu égaré, plus vraiment dans le circuit. Il s’est aussi éloigné de son fils Antoine qui s’est engagé dans une carrière musicale ; il appartient à un trio de rock qui commence à percer.
Père et fils ne se comprennent pas, ne se côtoient pas. Mais à la faveur d’une tournée au Maroc, Antoine tente un rapprochement avec le père. Entre la culpabilité inavouée et l’admiration refoulée, il va être difficile pour chacun de faire sa part de chemin vers l’autre.

Si le sujet m’avait semblé au départ intéressant, je reste cependant assez dubitative sur la manière dont il  été traité ; pas de façon à rentrer de plein fouet dans le vif du sujet. Si bien que même avec les personnages, on reste toujours en marge.
Le roman est plaisant à lire, mais pas vraiment ébouriffant.

Je remercie les éditions Calmann-Lévy et Netgalley m’avoir donné l’opportunité de lire cet ouvrage.

Sergent papa de Marc Citti, chez Calmann-Lévy (Août 2018,160 pages)


Marc Citti est un acteur, comédien, auteur, compositeur et interprète français.
Il intègre à dix-huit ans l’école de comédiens de Patrice Chéreau, et joue notamment sous sa direction Platonov en 1987 et Hamlet en 1988. Fort de nombreuses et riches expériences théâtrales, il a joué sous la direction de Luc Bondy, Didier Long ou encore Jorge Lavelli.
Il a écrit Le temps des suricates mis en scène par Benjamin Bellecour en 2014 au Théâtre des Béliers Parisiens – et qui sera repris au festival Off d’Avignon 2015.
Il a tourné plusieurs films sous la direction de Chéreau (Hôtel de France en 1987 et La Reine Margot en 1994), de Jacques Audiard (Regarde les hommes tomber en 1994) et plus récemment, en 2013, La pièce manquante de Nicolas Birkenstock.




samedi 15 septembre 2018

Miss Jane


Dans une petite ferme perdue du Mississippi à l’aube de la première guerre mondiale…
Jane est la petite dernière. A sa naissance il ne faut pas longtemps au docteur des environs pour constater que le bébé ne sera jamais tout à fait normal. Fille ou garçon, l’affaire n’est pas si simple, déjà…
Jane naît donc avec  une malformation qui toute sa vie la handicapera. Chez elle, la vie est dure, on ne manque de rien, mais ça n’est pas l’opulence non plus. Si elle est aimée de ses parents, ces derniers ne débordent pas pour autant d’affection ni de chaleur ; on ne mise pas non plus sur elle.
Contre toute attente, Jane comprendre qu’elle n’est pas tout à fait comme les autres et s’adapter à la situation. Elle va vouloir apprendre, aller à l’école, s’affranchir de la vie à la ferme.
Pour cela elle pourra compter sur le médecin qui devient peu à peu son confident, répondra au fil du temps à ses interrogations et fera en quelque sorte son éducation de femme. Sa grande sœur, tiendra aussi à sa façon  sa place dans sa construction féminine.

Miss Jane n’a rien d’un roman triste ; C’est au contraire l’histoire lumineuse d’un personnage attachant et touchant qui s’accroche et refuse de renoncer à la vie. Elle accepte son sort, sa différence avec dignité  et sagesse.

J’ai aimé le côté tranquille de ce roman, et la façon qu’a eu l’auteur de poser les choses.

 J’ai aimé l’évocation de la ruralité américaine et la confrontation des mentalités au sein d’une même famille, ce féminisme balbutiant qui ne dit pas encore son nom mais qui est bien là !

Je remercie les éditions Grasset et Netgalley pour cette très belle découverte.

Miss Jane de Bra Watson, traduit de l’américain par Marc Amfreville, chez Grasset (Septembre 2018, 385 pages)

Brad Watson est un écrivain américain né en 1955 dans le Mississippi.


Il a étudié le français il y a 25 ans à l’Université. Il vit aujourd'hui à Oxford, à 150 mètres de la maison où William Faulkner a vécu durant 20 ans, donc à deux pas du sanctuaire.

Ancien enseignant à l'Université du Wyoming et romancier, il a fréquenté les ateliers d’écriture de l’université d’Alabama avant de s’imposer comme un maître de la nouvelle et une des figures marquantes du retour en force de la grande tradition littéraire du Sud.

Il a publié son premier recueil de nouvelles, Last Days of the Dog Men, en 1996. Il a obtenu le prix Sue Kaufman, décerné par l'Académie américaine des arts et des lettres à une première œuvre de fiction.

Son premier roman, Le Paradis perdu de Mercury, a été finaliste du National Book Award.




mardi 11 septembre 2018

Les déracinés


Du début des années 20 quatre décennies durant, Catherine Bardon s’emploie à retracer le destin d’une famille juive partie in extremis d’Autriche alors que les Nazis ont déjà entrepris l’extermination de la communauté juive, jusqu’en République Dominicaine, seul pays avec Haïti ouverte à l’accueil de ces hommes persécutés chassés et humiliés dans leurs propre pays. Ce premier roman est donc une fiction basée sur un contexte historique reel, assez peu connu du reste.

Dans le début des années 30 Almah et Wilhem, bien qu’issus de milieux différents se rencontrent à Vienne, ville dynamique sur le plan culturel et intellectuel, mélangeant sans problème modernité  qui l’agite et traditions héritée du temps impérial.
Almah et Willhem sont tous les deux juifs sans pour autant revendiquer leur judéité, ni la pratiquer. ; Des autrichiens depuis plusieurs générations, éduqués et intégrés, tout simplement. Seulement dans ces années –là, l’antisémitisme poursuit son inexorable ascension,, dont le point d’orgue sera l’invasion du pays par les troupes d’Hitler ; la suite, hélas on la connait.

Si les deux familles sont parfaitement conscientes des évènements, et si la question du départ se pose finalement assez tôt, prendre la décision finale reste un déchirement, un cas de conscience par rapport à ceux qui restent ou font le sacrifice ultime.

Fuir, ne va donc pas de soi.
Reconstruire, et se reconstruire ailleurs ne l’est pas davantage.
C’est ce que Catherine  Bardon s’attarde à nous montrer dans la troisième partie de ce roman ( la plus conséquente), d’autant que chacun doit faire le deuil de ce qu’il était avant, doit réapprendre la vie en communauté tout en absorbant les aléas de l’intimité familiale. L’exil et la reconstruction sont une chose, mais la que faire après ? S’établir définitivement là, ou bien s’exiler à nouveau ?

En lisant ce roman, on ne peut s’empêcher de penser au très beau "Avant que les ombres s’effacent " qui ne peut rivaliser avec celui-là tant il lui est supérieur.
En effet, "les déracinés" a la faiblesse d’être trop axé sur le côté sentimental. Bien des passages auraient gagnés à être étayés afin de laisser davantage de place à l’aspect historique. Mais sans doute était-ce la volonté de l’auteur ?

Une  lecture agréable, fluide ; des personnages attachants, des moments  qui peuvent s’avérer émouvants. Mais, un ensemble qui m’a semblé un peu trop " grand public" et convenu pour laisser un souvenir durable.

Les déracinés de Catherine Bardon, aux éditions des escales (Mai 2018, 610 pages)

Catherine Bardon est une amoureuse de la République dominicaine. Elle a écrit des guides de voyage et un livre de photographies sur ce pays, où elle a passé de nombreuses années. Elle vit à Paris et signe avec Les Déracinés son premier roman.




lundi 10 septembre 2018

Ça raconte Sarah


Un prologue que j’ai d’abord lu très vite, car en fait, je n’aime pas les prologues -j’aime rentrer de suite dans le vif du sujet- qu’il m’a fallu finalement  relire pour , d’une part bien en saisir le sens, et je l’avoue volontiers, me faire, un peu revenir sur mon impression première…
Car, dès le début, j’ai senti que ce roman ne serait pas comme les autres ; qu’il aurait quelque chose de spécial qui fait que ça passe, ou ça casse.
Parce que ne tergiversons pas, ça n’est pas passé.
Oh ! Pas parce que je ne l’ai pas aimé, comme j’ai pu ne pas aimer certains romans. Au fond, que pouvais-je reprocher à celui-là ?
Ni son écriture puissante, ni la passion ardente qu’il se dégage, ni la personnalité des deux personnages, Sarah et sa narratrice.

Juste un thème qui me désarçonne, avec lequel je ne suis pas à l’aise du tout, un voyeurisme et une réalité crue que je n’aime pas voir exprimée dans ce cas- là, précisément . (Chacun son truc, après tout).

Mais surtout une narratrice que je n’ai pas comprise. Au fond c’est l’histoire d’une soudaine passion entre deux femmes qui  n’avaient rien en commun, et pourtant...
L’histoire d’un drame, d’une passion qui tourne mal (comme toujours, d’ailleurs)

Tout simplement une histoire qui, bien que magnifiquement mise en mot, ne m’a pas du tout parlé au cœur, qui ne pas parlé du tout d’ailleurs.
Une narratrice qui m’a profondément agacée, moi, cartésienne convaincue, qui ne comprends pas qu’on puisse s’embarquer ainsi dans des situations inextricables, ou qu’on soit dans l’incapacité d’écouter sa raison.
J’ai toujours entendu dire que la passion n’amenait rien de bon…alors pourquoi lui laisser la porte ouverte ? Pourquoi ?

Je sais que je ne vais pas me faire que des amies avec cet avis un peu tranché ! Mais, non, ce roman ne m’a fait ni chaud , ni froid ! Et c'est peut-être ça le pire que ne rien avoir à reprocher à un livre, et ne pas savoir quoi en penser. Terriblement frustrant !

Ça raconte Sarah de Pauline Delabroy-Allard, aux éditions de Minuit (Septembre 2018 ,190 pages)


Pauline Delabroy-Allard est née en 1988. Ça raconte Sarah est son premier roman.


samedi 8 septembre 2018

33 tours


Aisha revient le temps des obsèques de son père, dans la banlieue qui la vue grandir. Elle est accueillie par Michael, qui lui n’a pas quitté les lieux de son enfance. Il vit toujours avec sa mère, originaire des Antilles, travailleuse forcenée et soucieuse de la bonne éducation de ses deux garçons Michael et Francis

Dans ce court roman il est  question du présent comme du passé de ces trois jeunes gens, tous issus de l’immigration et tous confrontés, à u moment ou à un autre aux affres de l’intégration.

Construit sur une succession allers et retours (pas toujours bien matérialisés, d’ailleurs), ce roman  est écrit sous le prisme de Michael qui au fil des retours sur un passé vieux de 10 ans.

L’amour filial, mais plus encore l’amour fraternel est en quelque sorte le fil rouge de cette histoire teintée également de relents de hip-hop ; mais en ce qui concerne cela, pour moi ce fût nettement plus flou, voir anecdotique ; d’où le titre français auquel je préfère nettement celui en langue originale "Brothers" plus proche de la réalité ; mais ça n’est là que mon humble avis.

Je sors peu convaincue de cette lecture ; non pas à cause du sujet et de l’histoire qui m’ont globalement intéressé, mais à cause du manque de souffle romanesque. Cette histoire, de par sa mise en forme et sa brièveté ne nous emporte pas vraiment .
Dommage !

Roman lu pour le 17 ème prix du Roman Fnac (2018)

33 tours de David Chariandy, traduit de l’anglais par Christine Raguet, aux éditions Zoé (Septembre 2018, 170 pages)


Né en 1969, David Chariandy a grandi à Scarborough, une banlieue difficile de Toronto. Il vit aujourd’hui à Vancouver, où il enseigne la littérature à la Simon Fraser University. Son premier roman, Soucougnant, (Zoé, 2012), l’a consacré parmi les principaux auteurs canadiens contemporains. Chariandy puise son inspiration au sein de la diaspora caribéenne au Canada et traite de son intégration à la culture locale.

jeudi 6 septembre 2018

La guerre est une ruse


« Ce lien contre nature entre  militaires et islamistes engendrera inévitablement le grand bordel. Le grand bordel, comprendre l’importation des problèmes algériens en France. »

« Lorsqu’on s’engage sur la voie du djihad, il n’y a pas de retour arrière.Pas ici, pas en France en tout cas. »

Les années 90  en Algérie furent 10 années de guerre civile, 10 années de lutte de l’Etat en prise à la montée des groupes islamistes alors que le pouvoir en place et par là-même la "démocratie" joue sa survie devant les forces obscures en passe de gagner les élections.

Le premier volet de cette trilogie s’étend sur 3 années entre 1992 et 1994, alors que les généraux prennent le pouvoir afin de pas laisser les islamistes prendre le pouvoir alors qu’ils sont vainqueurs des élections.

Un grand nombre de personnages gravite dans cette fresque à la fois politique, sociale où, la France occupe une place importante. L’héritage historique donne à notre pays une relation particulière avec son ancienne colonie.
Ainsi nous notons une présence diplomatique notable ainsi qu’un rôle prépondérant de nos services secrets surveillant de très près leurs homologues algériens…

Impossible d’en dire davantage sur ce roman qui touche un sujet particulièrement sensible, parce que d’une part très récent et peu traité en littérature, mais surtout parce que de ce conflit surgira  le terrorisme islamiste en France dès 1995.

Frédéric Paulin, au travers de ses personnages à la psychologie finement analysée nous montre l’étroite collusion entre le pouvoir militaire et les services de renseignement, et les relations malsaines que le pouvoir militaire entretien avec les organisations islamistes qu’elles sont censées combattre.

J'ai finalement assez pu lu autour de l’Algérie, mais ce premier volet m’a scotché de par son réalisme, sa richesse prouvant un gros travail de recherche de son auteur, et ses  personnages complexes, travaillés, et attachants pour certains. Je pense à Bellevue, un espion à l’ancienne, qui travaille au flair, et surtout à l’intelligence qu’il a du terrain et des hommes. Un type qui verra clair et devinera avant tout le monde.

« Les hommes qui tiennent l’Algérie ont besoin que le chaos s’étende pour légitimer leur pouvoir. »

Ce roman ambitieux et exigeant représente à mes yeux tout ce que j’aime et recherche dans un vrai roman : une histoire dans l’Histoire.

Un grand merci à Sébastien pour sa confiance !

La guerre est une ruse de Frédéric Paulin, chez Agullo (Septembre 2018, 416 pages)



Frédéric Paulin écrit des romans noirs depuis presque dix ans. Il utilise la récente Histoire comme une matière première dont le travail peut faire surgir des vérités parfois cachées ou falsifiées par le discours officiel. Ses héros sont bien souvent plus corrompus ou faillibles que les mauvais garçons qu’ils sont censés neutraliser, mais ils ne sont que les témoins d’un monde où les frontières ne seront jamais plus parfaitement lisibles.
Il a notamment écrit Le monde est notre patrie (Goater, 2016), La peste soit des mangeurs de viande (La Manufacture de livre, 2017) et Les Cancrelats à coups de machette (Goater, 2018).

mercredi 5 septembre 2018

Il est déjà demain


« Je ne suis pas un congolais typique. Je l’ai dit ailleurs, je suis un SIF, un Sans Identité Fixe. Ce livre est précisément une tentative de réponse au flou de ma généalogie »
« Le métis est un être ballotté entre plusieurs familles, qui appartient à trois tribus : celle de sa mère, celle de son père, celle des métis. »
« Les parents des métis sont des précurseurs qui piétinent les frontières. »

C’est alors que le gouvernement congolais (pour lequel l’auteur travaille à l’époque) souhaite donner la priorité aux enfants du pays, ce dernier demande à l’auteur de prouver sa filiation et ses racines congolaises.

Pour Henri Lopes l’affaire n’a rien de simple, car métis, porteur d’un nom à consonance portugaise a des ascendances multiples, et contre toute attente, est né au Congo, mais l’autre Congo, celui de l’autre côté du fleuve.

Ce livre est le rassemblement des souvenirs de ‘auteur, de tout ce qui l’a forgé, bâti. De ses origines multiples, il a su tirer le meilleur et l’apporter au service des français comme enseignant, des congolais comme responsable de l’enseignement de son pays indépendant depuis peu, et de la communauté internationale à l’Unesco.

Il est déjà demain, est donc le reflet d’une vie incroyablement riche, de ses combats engagés pour l’indépendance et la construction d’un pays. C’est aussi, et surtout une réflexion constante de ce que représente le métissage pour l’auteur, de ce que cela lui a apporté, et ce que cela lui a demandé de lutte et d’obstination pour être respecté et reconnu.

Ce livre est également le reflet d’une époque : la décolonisation de l’Afrique, la construction. Il montre les errements, les doutes et les espoirs d’un continent ; la richesse et les potentiels de sa population.

J’ai beaucoup apprécié cette lecture pour ce qu’il apporte d’éclairage sur cette époque, pour le témoignage précis et objectif (me semble-t-il). Henri Lopes manie une langue riche dans un style un tantinet désuet qui donne à l’ensemble un petit côté rétro bien agréable.

Une bien belle découverte !

.Je remercie les éditions Lattès et Netgalley pour l’opportunité de lecture.

Il est déjà demain d’Henri Lopes, chez JC Lattès (Septembre 2018,350 pages)

Henri Lopès est né à Léopoldville en 1937, chef-lieu de l'ancien Congo belge, maintenant la République démocratique du Congo. Il passe ses années d'écolier à Brazzaville et Bangui et séjourne de 1949 à 1965 à Paris et Nantes. Il finit en 1963 ses études à la Sorbonne pour y devenir professeur. Il est membre de quelques associations d'étudiants africains. Après son retour au Congo, il est professeur d'histoire à l'École normale supérieure d'Afrique Centrale à Brazzavile jusqu'en 1966 et ensuite Directeur de l'Enseignement jusqu'en 1968.
En tant qu'écrivain, Henri Lopès est considère comme un des représentants les plus connus de la littérature africaine moderne. En 1972 il est lauréat du Grand Prix littéraire de l'Afrique noire de l'Association des écrivains de langue française pour son livre Tribaliques. En 1993, l'Académie française lui décerne le Grand prix de la Francophonie; la même année il devient docteur d'honneur de l'université de Paris XIIème et en 2002 de l'université de Québec.



mardi 4 septembre 2018

Les exilés meurent aussi d'amour


Il était une famille iranienne fuyant la révolution islamique, et se retrouvant à Paris et retrouvant quelques membres arrivés plus tôt.

Des exilés, voilà ce que sont désormais ces membres de cette famille. Shrin, qui est une gamine lors de son arrivée à Paris est la narratrice de ce roman qui, très rapidement plante le décor. La famille est révolutionnaire, positionnée à gauche, et pour le moins " haute en couleur". Pour parodier une publicité, je dirais : il se passe toujours quelque chose dans cette famille. Cela bouge, cela virevolte.
Famille atypique qui ne tarde pas à étaler ses failles, ses non-dits, ses petites ou grosses cachoteries….

Au milieu de tout ça, la petite Shirin, observe, écoute, épie  même ; elle se forge une opinion, se construits des rêves. Elle ne tarde pas à comprendre qui est qui, qui fait quoi, et qui cache quoi. Shirin, elle ne renie rien, mais ne s’interdit rien non plus. Elle assume, et revendique même ses choix, pas forcément toujours très fédérateurs.

Au début, j’ai trouvé cela assez "drôle" et d’une fraicheur originale…Oui, mais trop, c’est trop.
Devant cette famille décrite comme complètement barjot, dysfonctionnelle, on en arrive à se fatiguer tant il leur en arrive. Et comme on le dit souvent, plus c’est gros, plus ça passe ! Et bien non !, ça ne passe plus !

La parodie poussée à son extrême ne fait plus rire, décrédibilise tout le monde.
Le tout prend un air ridicule. On s’agace en espérant que la plaisanterie prenne fin au plus vite.

C’est vraiment dommage, car ce qui aurait pu être un grand et beau roman sur l’exil est devenu au fil des pages un catalogue de péripétie à chaque fois plus invraisemblable  que la précédente rendant de fait l’intention première de l’auteur contre-productive, et son propos sur l’exil inaudible…En tout cas à mon sens ; Mais j’ai peut-être mal compris le propos de l’auteur….

Bref, une grosse déception qui ne me donnera pas envie de renouveler l’essai avec l’auteur que je découvrais avec cet ouvrage…

 Je remercie les éditions grasset et Netgalley pour l’envoi de ce livre.

Les exilés meurent aussi d’amour d’Abnousse Shalmani chez Grasset (Août 2018, 400 pages)


Née à Téhéran en 1977, Abnousse Shalmani s’exile avec sa famille à Paris, en 1985, suite à la révolution islamique. Après un début de carrière dans le journalisme et le cinéma, elle revient à sa vraie passion, la littérature, et signe un premier livre très remarqué : Khomeiny, Sade et moi (Grasset, 2014).