mardi 20 janvier 2015

Les Druzes de Belgrade



Du Liban, on connait plus facilement l’histoire immédiate, celle des 30 dernières années pavés de conflits ouverts ou larvés.
Dans un Liban pas encore indépendant, mais intégré au vaste empire ottoman qui s’étend jusque dans les Balkans, Rabee Jaber nous livre une fiction où les personnages irréels évoluent dans des lieux bien réels, et dans une mosaïque de peuples et de communautés religieuses qui préfigurent parfaitement les secousses que connaîtront ces régions un siècle plus tard….

Rabee Jaber montre qu’au-delà des différences religieuses et culturelles, et malgré les injustices subies, il y a toujours une voie vers la normalisation, et l’humanisation. Les ennemis d’hier peuvent parvenir, sinon à s’entendre,  à se regarder autrement et dans l’adversité faire preuve de solidarité.

Ce roman est dans sa grande majorité dévoué à un univers masculin où les épreuves sont rudes et souvent à finalité dramatique. Pourtant l’écriture se fait douce et fluide. Les courts chapitres donnent du rythme. Et c’est avec entrain que le lecteur parcours avec ces hommes les chemins escarpés  entre Belgrade et Beyrouth. Il ouvre au lecteur une fenêtre sur une période méconnue de l’histoire de cette région.

Je remercie infiniment les éditions Gallimard pour l’envoi de ce livre.

Les druzes de Belgrade, Rabee Jaber
Gallimard, Janvier 2015
335 pages
Prix international de la fiction arabe 2012



4ème de couverture :
Hanna Yaacoub est déjà en route vers le port de Beyrouth lorsque la ville commence à s’éveiller. Avec son panier plein d’œufs durs, ce père de famille arpente les rues et propose des victuailles aux soldats en faction. Nous sommes en 1860 et la situation est extrêmement tendue depuis le massacre de chrétiens par des Druzes du Mont-Liban.
Ismaïl Pacha règne alors d’une main de fer sur la région, et lorsque le cheikh Ghaffar Ezzedine vient réclamer la grâce pour ses enfants accusés d’avoir participé aux événements sanglants, il accepte de n'épargner qu’un seul fils. Les autres seront déportés. C’est Hanna Yaacoub, «ce chrétien de malheur», qui est fait prisonnier à la place du rescapé et qui embarque finalement vers les geôles de Belgrade. Il arpentera ainsi les Balkans, le long du Danube et sur les routes de Bosnie, en compagnie des Druzes devenus frères de détention...

A propos de l’auteur :

Rabee Jaber est né en 1972 à Beyrouth. Il travaille en tant que journaliste pour le supplément culturel du journal Al-Hayat et a publié une douzaine de romans depuis 1995. Aux Editions Gallimard a paru Berytus, une ville sous terre en 2009,Amerika en 2013.

Il a remporté le prestigieux Prix international de la fiction arabe (IPAF), considéré comme le Goncourt arabe, pour son roman "Les Druzes de Belgrade"

 Pour le challenge d'Asphodèle : Prix international de la fiction arabe 2012

Pour le challenge d'Enna;catégorie lieu 

3 commentaires:

  1. je trouve le sujet intéressant !

    RépondreSupprimer
  2. Oh il me plairait :-) Je vais attendre un peu car ils ne l'ont pas encore à la médiathèque de mon quartier.

    RépondreSupprimer
  3. Le genre de livre qui nous fait comprendre d'autres horizons. Je note pour plus tard

    RépondreSupprimer