mercredi 1 janvier 2014

Camus-Entre justice et mère


Pour le centenaire d’Albert Camus, voilà un bien belle idée que de mettre sa vie en dessin en donnant la parole à un narrateur un peu étrange qui redonne vie à Camus.
Quatre parties constituent ce roman graphique ; chacune se basant sur le discours de réception de Camus chez les Nobel.
J’aime l’idée de ces romans graphiques qui n’ont pas qu’une visée distractive ; mais qui au contraire apporte un regard original, ludique et intelligent sur les faits ou les personnes.
Ce roman est épais, mais laisse une large part au graphisme dont les couleurs chaudes dominent, et aux planches grand format. Le trait de crayon est clair et précis, mais sans fioriture non plus.

Entre justice et mère…. Car l’auteur insiste davantage sur les combats de Camus, l’affection qui le liait à sa mère, et sa célèbre répartie  «  Je crois à la justice, mais je défendrai ma mère avant la justice. »

Un grand merci à Babélio et aux éditions Soleil pour l’envoi de ce livre dans le cadre de la masse critique.

Camus-entre justice et mère, José Lenzini et Laurent Gonni
Editions Soleil, Octobre 2013
128 pages
 


4ème de couverture :

En 1957, Albert Camus obtient le prix Nobel de littérature.
Rien ne destinait le gamin du « quartier pauvre » à pareil honneur. Alors à quoi peut-il penser quand il prononce son discours officiel, dans le grand salon de l’hôtel de ville de Stockholm ?
A sa mère qui vit toujours modestement dans ce quartier d’Alger. Là même où Camus s’est nourri de la morale simple des jeux de rue, des bains de mer, et des parties de foot dont il restera un passionné.
Il revit aussi ses premiers écrits, ses expériences théâtrales, ses engagements comme journaliste pour défendre les humbles et les sans-voix auxquels il prête la sienne. Des espoirs et des déceptions pour cet homme révolté qui mourra en 1960 dans un absurde accident de voiture et qui reste proche de chacun d’entre nous par sa simplicité de vie et d’écriture.

A propos des auteurs :

Longtemps journaliste, José Lenzini  (né en 1943)a consacré de nombreux reportages et articles à l'Algérie, pays auquel il reste très attaché.

Il a été enseignant à l'École de journalisme et de communication de Marseille de 1993 à 2005.

Spécialiste de Camus, il lui a consacré trois ouvrages et de nombreuses conférences.

Habitant actuellement au Broussan (Évenos) un petit village du sud de la France, il consacre la majeure partie de son temps à l’écriture.
Né le 6 novembre 1973 à Nice, Laurent Gnoni se plonge dès sa plus tendre enfance dans l’univers des bulles. Informaticien, il revient vers le graphisme pour en faire son métier.
Pour le challenge d'Enna : sphère familiale

Aucun commentaire:

Publier un commentaire