mercredi 11 juin 2014

La mauvaise pente


Chris Womesley semble aimer les ambiances noires et les personnages filant un mauvais coton, sur la mauvaise pente…

Deux individus en rupture sociale, l’un petit malfrat, l’autre toxicomane, médecin en fuite se trouent à former un duo bien malgré eux traqué par un troisième larron bien plus redoutable et nuisible. C’est sur ce couple improbable que Chris Womerley va bâtir son roman en tissant progressivement une relation à laquelle le lecteur finit par devenir sensible. Ces deux- là  parviennent à se rendre attachant, et humain en dépit de ce qu’ils peuvent être, ou peuvent avoir fait dans leur passé.

La mauvaise pente est en réalité le premier roman de l’auteur ; après été séduite par son second roman, les affligés, en lui reconnaissant un côté prometteur pour le futur, j’avais naturellement envie de lire le premier, pour me conforter, ou pas.
J’aurais sans aucun doute préféré pouvoir découvrir dans l’ordre, car naturellement le premier roman, est nettement moins abouti que les affligés. Sa construction est encore un peu maladroite, les personnages insuffisamment travaillés. Si j’en ai néanmoins apprécié la lecture, je n’ai pas ressenti le même attrait par manque de profondeur.
Cela étant, je suis confiante dans la marge de progression de l’auteur, et, c’est avec bienveillance que j’accueillerai son prochain ouvrage dont j’attends la prochaine traduction.

Je remercie les éditions Albin Michel pour la confiance sans cesse renouvelée qui m’est accordée au fil de leurs parutions.


La mauvaise pente, Chris Womersley
Albin Michel, Mai 2014
330 pages
Ned Kelly Award 2008 (Australie)

4ème de couverture :

Lee, un petit voyou d’une vingtaine d’années, se réveille dans un motel sordide avec une balle dans le ventre, une valise pleine de dollars, et pas la moindre idée de ce qui a pu le mener jusqu’ici. À son chevet, Wild, médecin morphinomane en rupture de ban, son seul recours pour l’aider à quitter les lieux avant que la police ne débarque. Complices malgré eux, ils vont chercher refuge dans la maison de campagne d’un confrère de Wild. Une intimité maladroite s’installe entre ces deux hommes en cavale dont l’un est hanté par un séjour en prison et l’autre fuit un procès pour erreur médicale. Mais un troisième larron est à leurs trousses : Josef, un vieux gangster roumain superstitieux et violent, qui a pour mission de récupérer l’argent et de s’occuper de Lee. Une bonne fois pour toutes…
A propos de l’auteur :

Né en 1968 à Melbourne, Chris Womersley est considéré comme l'un des meilleurs jeunes écrivains australiens. Il a connu une véritable consécration auprès de la presse et du public avec Les Affligés, son deuxième livre, finaliste de tous les grands prix littéraires du pays (publié chez Albin Michel en 2012).

La mauvaise pente a été récompensé par le Ned Kelly Award en 2008.


 Pour l'Australie dans  le challenge d'Alexandra .



Pour le challenge d'Asphodèle : Ned Kelly Award 2008


Aucun commentaire:

Publier un commentaire