jeudi 17 juillet 2014

Amazigh



C’est l’histoire vraie, mise en images et en mot, d’un immigré clandestin pas tout à fait comme les autres. S’il partage avec ses compagnons d’infortune cette profonde envie d’ailleurs et surtout d’un monde meilleur, lui, a en plus le talent, et la volonté de ne jamais se résigner.

C’est l’histoire d’une aventure qui au départ tourne mal, mais qui à force de ténacité, de travail, sera comme une renaissance.

Le noir et blanc, ainsi que toutes les nuances de gris du graphisme donnent un relief particulier au drame de l’immigration clandestine.

L’espoir que porte ce jeune homme est apporté par de simples figurines blanches au fin liséré de noir  insérées dans les planches. Cela apporte avec justesse légèreté, et de l’air dans l’atmosphère étouffante et stressante d’une aventure pareille.

Amazigh est un roman graphique comme je les aime, qui a du sens, et qui pose un regard différent et plus distancié sur des sujets difficiles qui peuplent notre quotidien.

Un grand merci à Babélio et aux éditions Steinkis  dont j’avais déjà apprécié Comment comprendreIsraël dans le cadre de l’opération masse critique.


Amazigh, Mohamed Arejdal/ Cedric Liano
Steinkis, Avril 2014
160 pages
 
4ème de couverture:

Amazigh raconte l’histoire vraie de Mohamed Arejdal.

Mohamed, jeune Marocain, entreprend clandestinement, comme tant d’autres, le voyage vers l’Europe. Cette traversée, si elle échoue, n’en est pas pour autant un drame, et ce qui lui apparaît d’abord comme un cauchemar – traversée périlleuse, arrestation, évasion, prison, expulsion et retour au Maroc – pourrait même le conduire vers un rêve…

Car ce n’est pas un retour à la case départ. Cette expérience provoque une prise de conscience, et Mohamed va reprendre ses études, intégrer une école d’art et peu à peu émergera l’artiste aujourd’hui reconnu internationalement.

A propos des auteurs:
Cédric Liano est né en 1984 à Creil. Après des études de bande dessinée à Tournai en Belgique et plusieurs expériences de microéditions en Europe, Cédric part enseigner la BD à Tétouan, au Maroc, durant un an. C’est là qu’il fait la connaissance de Mohamed qui lui raconte son expérience de voyage clandestin. Il décide alors d’enregistrer scrupuleusement son récit et de le transmettre à travers ce roman graphique.

Mohamed Arejdal est né en 1984 à Guelmim, dans le sud du Maroc. Passionné de dessin et de sculpture, il expose même en amateur mais à 17 ans, il se déscolarise et tente une traversée clandestine vers les Canaries. Refoulé sur le sol marocain, il reprend des études pour obtenir son bac et intégrer l’Institut National des Beaux-arts de Tétouan. Il y découvre les actes d’installation et développe depuis une œuvre tournée vers l’Autre. L’un de ses projets a été sélectionné pour être présenté à la Biennale des jeunes artistes de la Méditerranée.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire