jeudi 19 mai 2016

Lettres et carnets



On en parle moins, parce que moins organisée et surtout moins connue, mais la résistance au nazisme a bel et bien existé. Toutes les couches de la société sont concernées, et toutes les sensibilités politiques.
Hans et Sophie Scholl appartenaient à un réseau d’étudiants : La rose blanche.

Cette édition a réuni de manière chronologique, des lettres, brouillons de lettres, journaux, et notes écrits et envoyés par frère et la sœur à leurs amis et famille.

Il s’agit d’une correspondance écrite  entre 1941 et 1943. On y découvre une jeunesse allemande dynamique, curieuse, cultivée, soucieuse de son avenir. Cette jeunesse est prise dans le filet du régime ; obligée à se soumettre à un embrigadement qui les pèse et qui au fur et à mesure de son emprise va laisser installer chez ces jeunes la révolte et induire leur implication au sein d’un groupe de résistance.

Cet ouvrage donne au lecteur la mesure de l’emprise du régime sur la population, et explique les difficultés que les réseaux de résistance ont pu rencontrer pour exister, agir, et surtout perdurer.

Dans cette correspondance, il n’est jamis question des camps, et de la répression à l’encontre des juifs. Etaient-ils au courant ? Ce sont les mesures autoritaires, l’obligation de service civique, puis la défaite de Stalingrad qui induiront cette prise de conscience.

Sans être d’une grande  intensité dramatique, ce livre est néanmoins instructif, et plaisant à lire.

Lettres et carnets, de Hans et Sophie Scholl, traduit de l’allemand par Pierre Emmanuel Dauzat (1ère édition  en 1984) aux éditions Taillandier (2008,366 pages), disponible en édition de poche, et enrichi (2010, 480 pages)


Hans Scholl ( 1918-1943)était le fils de Robert Scholl , le maire de Forchtenberg , et le frère de Sophie et Inge Scholl .

Il fut un résistant allemand au Nazisme pendant la Seconde Guerre mondiale et l'un des piliers du réseau La Rose blanche (Die Weiße Rose).

Fin 1937, la Gestapo l’arrête et l'emprisonne durant plusieurs semaines. À l’été 1939, il commence à étudier la médecine à Munich, en tant que soldat d’une compagnie d’étudiants à partir de 1940.

Entre l’automne 1941 et l’été 1942 il entretient d’étroits contacts avec l'éditeur socialiste Carl Muth. Déjà au début de l’été 1942, il fait circuler les premiers tracts.

Le 22 juin 1942, il est envoyé sur le front de l’Est pour y effectuer un temps d'infirmier aux armées.

Hans sera arrêté avec sa sœur Sophie le 18 février 1943 à l’Université de Munich, après une distribution de tracts et sur dénonciation du concierge.

Lors du procès devant le « Volksgerichtshof » (« Tribunal du Peuple »), Hans et Sophie Scholl ne renient rien. Hans, la veille d'être exécuté, déclare même au juge Roland Freisler, chef accusateur nazi : « Aujourd'hui vous nous tuez, demain, c'est vous qui serez à notre place ».

Condamné à mort le 22 février 1943 à Munich, il sera guillotiné le jour même, juste après sa sœur, dans la prison de Stadelheim près de Munich, par le bourreau Johann Reichhart et cela malgré la législation allemande qui imposait un délai de 99 jours avant l'exécution d'un condamné.

En Allemagne, de nombreuses écoles portent le nom de Sophie et Hans Scholl. Un prix littéraire, le Prix frère et sœur Scholl, a été créé en 1980.

 Challenge Petit bac chez Enna : Objet (ligne 4)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire