lundi 2 octobre 2017

La disparition de Josef Mengele



Mengele fut le médecin d’Auschwitz, responsable, entre autre, d’eugénisme, d’expérimentations médicales…bref un type pas recommandable du tout, maillon essentiel de la Shoah. L’ange de la mort, comme on l’appelait au camp….. Il aurait dû, comme tant d’autres, rendre des comptes, et être jugé. Certains ont été traqués jusqu’au bout par des chasseurs de nazis, ou le Mossad israélien. Lui, bénéficiant de multiples complicités, a le plus simplement du monde réussi à s’échapper pour se réfugier en Amérique du Sud avec la bienveillante complicité des régimes dictatoriaux de l’époque.

Dire qu’il a coulé des jours heureux serait un peu exagéré, mais enfin il a su des années durant tirer son épingle du jeu, reprenant même durant un temps son activité d’avorteur clandestin…..

Olivier Guez s’emploie ici à nous relater, sur la foi d’une nombreuse documentation et de nombreuses recherches, en tout cas d’imaginer ce que fut la longue cavale de cet homme qui jamais ne regretta si ce n’est qu’à dose homéopathique son passé de bourreau. Il nous dépeint le portrait d’un homme assis sur ses certitudes et ses "convictions", bien décidé à profiter de la vie et de ses plaisirs là où on le lui permettait en compagnie De la fin de la guerre à 1960 furent pour lui des années assez paisibles au milieu d’une petite communauté de gens nostalgiques du Reich.

Sauf que son passé finit par le rattraper, ou du moins certains ayant quelques soupçons à son propos se sont mis en tête à le retrouver, mort ou vif …

La vie en décidera autrement….

J’ai beaucoup aimé cet ouvrage à la fois roman, et récit pour son niveau d’érudition et ce qu’il permet de supposer de travail de recherche pour coller au plus près à la vérité et au plausible.

J’ai également apprécié son style alerte aidé par de courts chapitres, son écriture presque journalistique d’une efficacité redoutable.

Une lecture à la fois instructive et agréable ,sur le forme, j’entends, mais révoltante sur le fond devant tant d’occasions manquées et d’hypocrisie.

La disparition de Josef Mengele d’Olivier Guez chez Grasset (Août 2017, 240 pages)

Olivier Guez est l’auteur, entre autres, de L’Impossible retour, une histoire des juifs en Allemagne depuis 1945 (Flammarion), Éloge de l’esquive (Grasset) et Les Révolutions de Jacques Koskas (Belfond).
Il a reçu en 2016 le prix allemand du meilleur scénario pour le film Fritz Bauer, un héros allemand.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire