vendredi 16 février 2018

Après la vague



Il était une fois, un volcan qui s’effondre dans l’océan provoquant un raz de marée géant inondant une bonne partie de la terre…Ne survivent que celles et ceux suffisamment en hauteur . Madie, Pata et leurs neuf enfants semblent seuls au dans ce monde entouré d’eau, dans une maison qui ne tient plus debout, grignotée chaque jour un peu plus par la mer qui gagne du terrain. Il va falloir partir. Seulement, dans la vieille barque rafistolée, il n’y aura pas de la place pour tout le monde. Il faudra choisir qui partira….

Après la vague est l’histoire d’une errance vue sous deux angles différents, et d’un après l’errance.
Sandrine Collette instaure d’emblée une tension palpable dans un univers familial solidaire, joyeux et où la fantaisie de l’enfance à toute sa place. On s’attache véritablement à cette fratrie, et surtout les trois plus vulnérables, qui à mes yeux sont les plus soudés, les plus inventifs, et les plus tenaces.

Ce qui frappe c’est avant tout le côté lapidaire du style ; les phrases sont taillées au cordeau. Tout cela donne à l’ensemble le caractère de fin du monde tempéré par des personnages qui n’ont pas du tout envie de se laisser abattre, et dont l’humanité laisse toujours planer une petite lumière ; parce qu’au fond il  faut toujours y croire…

Chaque roman de Sandrine Collette est une nouvelle aventure ; Bien que restant dans  genre angoissant, elle se renouvelle pour nous bluffer à nouveau. Cette fois encore, je suis sous le charme.

Juste après la vague, Sandrine Collette chez Denoël (Janvier 2018, 300 pages)


Sandrine Collette passe un bac littéraire puis un master en philosophie et un doctorat en science politique.

Elle devient chargée de cours à l'Université de Nanterre, travaille à mi-temps comme consultante dans un bureau de conseil en ressources humaines et restaure des maisons en Champagne puis dans le Morvan.

Elle décide de composer une fiction et adresse son manuscrit aux éditions Denoël. Il s’agit "Des nœuds d'acier", publié en 2013.Suivront " Un vent de cendres"," Six fourmis blanches"," Il reste la poussière", et " Les larmes noires sur la terre" .

Aucun commentaire:

Publier un commentaire