dimanche 11 février 2018

Le palais des miroirs



Il n’y a pas si longtemps, je me promettais de revenir vers la littérature indienne, la grande oubliée de mes choix de lecture.

J’y reviens cette fois, non pas pour l’Inde, mais pour la Birmanie, qui est le théâtre  principal de l’action de ce roman, mais pas que.

Nous sommes à fin du 19ème siècle, à Mandalay, capitale du royaume birman. Le roi est sur le point d’être déposé et envoyé en exil avec sa famille par les britanniques. Rajkumar, un pauvre orphelin qui vit ‘expédients et de petits boulots croise le regard de la belle Dolly au service des filles du roi.

C’est le début d’une histoire qui va se dérouler jusqu’à notre époque, à cheval sur 3 pays, l’Inde, la Birmanie et la Malaisie, et qui va nous exposer 3 familles dont le destin des membres se croisera à plusieurs reprises.

J’ai  beaucoup aimé ce roman. Son volet sentimental bien présent, n’en est pour autant pas trop mièvre. (Même si par moment, les ficelles sont un peu grosses, et les coïncidences un peu trop évidentes).
Amitav Ghosh a placé son ouvrage sous le volet historique. C’est ainsi qu’il nous éclaire sur l’histoire ce coin d’Asie, de son implication bien malgré lui dans la seconde guerre mondiale (avec l’invasion japonaise), et réveil indépendantiste indien. A ce propos, l’auteur met en lumière ces militaires indiens, combattant avec loyauté aux cotés des anglais dans un pays en proie à des désirs d’indépendance.

Ce roman est d’une construction linéaire, d’une écriture fluide. Il faudra juste se familiariser avec les termes indiens et birmans non traduits ; rien d’insurmontable en tout cas, et qui ne gêne en rien la lecture.

Ce premier contact avec Amitav Ghosh ( avec ce qui n’est à priori pas son meilleur roman) m’a conforté dans l’idée de poursuivre avec lui, et notamment sa trilogie achevée l’année dernière.

Le palais des miroirs d’Amitav Ghosh, traduit de l’anglais par Christiane Besse, chez Seuil (2002, 565 pages), disponible en poche chez Points (2007, 670 pages)


Né en 1956 à Calcutta, historien et anthropologue, Amitav Ghosh vit aux États-Unis. Ses romans Les Feux du Bengale (prix Médicis étranger 1990) et Le Chromosome de Calcutta (prix Arthur C. Clarke 1997) sont disponibles en Points. Ses romans suivants sont disponibles chez Robert Laffont et 10/18

Aucun commentaire:

Publier un commentaire