lundi 16 avril 2018

Fuki-no-tô


Quand arrive le printemps, arrive également chez nos libraires un nouvel opus d’Aki Shimazaki, japonaise de naissance mais française de cœur puisqu’elle parle et écrit dans notre langue.
Nous avions croisé Atsuko dans le premier opus alors que son couple était plongé en plein marasme. Atsuko était plutôt vue sous l’angle de son mari.
Nous la retrouvons ici plus épanouie ; Elle a changé de travail, son mari également. Ils vivent désormais à la campagne. Tout pourrait aller pour le mieux…mais le "hasard" lui amène son amour de jeunesse, Kukiko ; et c’est une femme….Atsuko s’apprête à vivre un véritable tsunami .

Dans un Japon  à la fois moderne et campé sur ses traditions et machiste, Aki Shimazaki lève le voile sur l’homosexualité féminine. Son écriture, comme toujours se veut fine, imagée. Elle traduit un sens aiguisé de l’observation, et colle parfaitement au contexte sociétal. Nul besoin de choquer et d’y aller de manière abrupte. Aki Shimazaki, au contraire déploie toute sa finesse au service d’un sujet délicat, qui de mémoire, n’a encore jamais été abordé dans son œuvre.
Cette fois, elle délaisse les grandes villes, pour la campagne, la vie au grand air, le calme et la solitude.

C’est un plaisir chaque fois renouvelé de retrouver cet auteur qui en peu de mots, sous l’apparence de la simplicité et de la facilité nous parle de notre intimité, de nos choix, et nos tourments intérieurs.

Fuki-no-tô d’Aki Shimazaki chez Léméac/Actes Sud (Avril 2017, 152 pages)


Née au Japon, Aki Shimazaki vit à Montréal depuis 1991. Sa pentalogie Le Poids des secrets comprend Tsubaki, Hamaguri, Tsubame, Wasurenagusa et Hotaru (prix littéraire du Gouverneur général du Canada 2005). Son deuxième cycle romanesque, Au coeur du Yamato, est composé de Mitsuba,Zakuro, Tonbo, Tsukushi et Yamabuki. Elle débute en 2015 un nouveau cycle romanesque, L’ombre du chardon avec Azami,Hôzuki et Suisen. Toute son œuvre est publiée par Leméac/Actes Sud.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire