mercredi 22 août 2018

Avec toutes mes sympathies


« Un frère c’est les parents sans les emmerdements, ce sont ses racines, ce terreau de l’enfance qui nous fait pousser. »

« J’écris pour prolonger l’existence d’Alex et m’empêcher de sombre. Parce que je ne peux tout simplement pas reprendre ma vie comme s’il n’avait jamais existé. »


Il y a mille et une raison de vouloir lire un livre, et tout autant de ne pas vouloir le lire, des meilleures comme des plus farfelues. Pour celui-ci, je reconnais bien volontiers le côté farfelu de ne pas vouloir en entendre parler…son titre un peu trop accrocheur à mon goût, et pas vraiment en relation avec ce que je pouvais en lire du contenu…Erreur…..

A croire qu’il y a toujours une bonne âme qui passe au bon moment ; une bonne âme à la tête d’un salon du livre cher à mon cœur…comprenne qui pourra…ou pas…Qu’elle en soit ici remerciée en particulier pour ce livre, et en général pour tout son investissement à Nancy pour faire du livre sur la place ce qu’il est aujourd’hui !

On connait Olivia de Lamberterie pour ses chroniques  qui font autorité que ce soit dans la presse féminine ou sur le petit écran. Mais au-delà de cela, avait-elle réellement quelque chose à nous dire, ou à dire pour prendre la plume et s’exposer au jugement de ses pairs et de ses lectrices ? Sans aucun doute !

Et à ma grande surprise, elle l’a fait d’une bien jolie façon, en se dévoilant mais sans s’exhiber, avec humour, tendresse, amour, humilité et dans une langue harmonieuse.

Olivia avait un frère, tendrement aimé ; un frère qui n’avait pas la même force de caractère que les autres membres de la fratrie ; un écorché vif, un mélancolique à l’extrême.

C’est à ce frère  mort que ce livre est consacré ; un hommage  pour dire la douleur, le chagrin, l’incompréhension. Mais également un récit pour dire le bonheur de l’avoir eu comme frère, de l’avoir aimé, admiré pour son parcours professionnel et sa vie d’homme tout simplement.

Mais au-delà, il se dégage dans ce livre  une réflexion sur le « pourquoi j’écris ». Parce depuis des années l’auteur « confesse » les auteurs sur le pourquoi de leur démarche, à son tour Olivia de Lamberterie tente, elle aussi de répondre à cette question

Contre toute attente ce livre m’a happé. Je partais réticente, persuadée qu’il s’agirait d’un énième témoignage de quelqu’un de connu, et c’est un texte bouleversant et lumineux qu’il m’a été donné de lire.

Avec toutes mes sympathies d’Olivia de Lamberterie, chez Stock (Août 2018, 260 pages)

Olivia de Lamberterie est une journaliste et critique littéraire française.

Entre 2006 et 2008, elle a collaboré en tant que chroniqueuse littéraire à l’émission "Le Bateau livre", animée par Frédéric Ferney sur France 5.

Depuis fin août 2011, elle est chroniqueuse dans l'émission "Il n'y en a pas deux comme Elle" sur Europe 1. Sur France 2, elle présente tous les vendredis la rubrique "Mots" dans Télématin.

Olivia de Lamberterie devient rédactrice en chef adjointe du magazine "Elle", responsable de la section littéraire, le 20 janvier 2012.

Elle intervient régulièrement dans l'émission de France Inter, "Le Masque et la Plume" et est correspondante pour Radio Canada.

Elle reçoit le prix Hennessy du journalisme littéraire 2014.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire