lundi 27 août 2018

Les poteaux étaient carrés


Ah ! Cette fameuse expression brandie comme une excuse pour un match perdu …

Et, bien justement, nous y sommes à cette fameuse soirée, que dis-je, ce match d’anthologie, imperdable, et que pourtant les verts ont perdu !
Comment utiliser un moment de communion qu’est un match de foot pour nous montrer l’attachement viscéral d’un petit bonhomme à une équipe parce que ses illusions d’enfance lui échappent ?

Nicolas est un enfant de divorcés. Maman est partie, et a été vite remplacée par "fausse doche" qu’il n’aime guère, pas plus que son fils alias "Contre mon gré". Les relations avec son père sont réduites au strict minimum. Le père et le fils ne se comprennent plus. Nicolas se sent abandonné et ne voit plus le paternel que comme un être vide de tous sentiment.

Le foot est devenu son refuge et sa famille. Mais ce soir-là, cette finale entre St Etienne et le Bayern a lieu dans un stade hautement symbolique pour lui ; un lieu de moments heureux avec sa maman…
Désormais, ces moments heureux sont derrière lui. Nicolas est un garçon blessé, un garçon que son papa ne regarde plus, et qui doit partager son affection.

On comprend assez vite que, même si le foot est omniprésent dans ce court roman, il n’en demeure pas moins un prétexte pour nous parler, de sujets graves qui enveloppés dans la fantaisie et la futilité fait passer infiniment plus de choses.

Pas besoin d’être calé en foot pour s’emparer de cette histoire émouvante et sensible au dénouement inattendu. Ce roman, à l’écriture alerte et soignée se lit d’une traite, le temps d’un match.

Merci Joëlle.

Les poteaux étaient carrés de Laurent Seyer, aux éditions Finitude (Août 2018,144 pages)


Malgré une carrière qui le mène aux quatre coins du monde, Laurent Seyer est toujours resté fidèle aux deux passions qui ont construit son adolescence : la littérature et le football. À plus de 50 ans, il fréquente les stades avec assiduité et, lui qui a toujours écrit, s’est enfin décidé à envoyer un manuscrit à un éditeur.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire