jeudi 6 septembre 2018

La guerre est une ruse


« Ce lien contre nature entre  militaires et islamistes engendrera inévitablement le grand bordel. Le grand bordel, comprendre l’importation des problèmes algériens en France. »

« Lorsqu’on s’engage sur la voie du djihad, il n’y a pas de retour arrière.Pas ici, pas en France en tout cas. »

Les années 90  en Algérie furent 10 années de guerre civile, 10 années de lutte de l’Etat en prise à la montée des groupes islamistes alors que le pouvoir en place et par là-même la "démocratie" joue sa survie devant les forces obscures en passe de gagner les élections.

Le premier volet de cette trilogie s’étend sur 3 années entre 1992 et 1994, alors que les généraux prennent le pouvoir afin de pas laisser les islamistes prendre le pouvoir alors qu’ils sont vainqueurs des élections.

Un grand nombre de personnages gravite dans cette fresque à la fois politique, sociale où, la France occupe une place importante. L’héritage historique donne à notre pays une relation particulière avec son ancienne colonie.
Ainsi nous notons une présence diplomatique notable ainsi qu’un rôle prépondérant de nos services secrets surveillant de très près leurs homologues algériens…

Impossible d’en dire davantage sur ce roman qui touche un sujet particulièrement sensible, parce que d’une part très récent et peu traité en littérature, mais surtout parce que de ce conflit surgira  le terrorisme islamiste en France dès 1995.

Frédéric Paulin, au travers de ses personnages à la psychologie finement analysée nous montre l’étroite collusion entre le pouvoir militaire et les services de renseignement, et les relations malsaines que le pouvoir militaire entretien avec les organisations islamistes qu’elles sont censées combattre.

J'ai finalement assez pu lu autour de l’Algérie, mais ce premier volet m’a scotché de par son réalisme, sa richesse prouvant un gros travail de recherche de son auteur, et ses  personnages complexes, travaillés, et attachants pour certains. Je pense à Bellevue, un espion à l’ancienne, qui travaille au flair, et surtout à l’intelligence qu’il a du terrain et des hommes. Un type qui verra clair et devinera avant tout le monde.

« Les hommes qui tiennent l’Algérie ont besoin que le chaos s’étende pour légitimer leur pouvoir. »

Ce roman ambitieux et exigeant représente à mes yeux tout ce que j’aime et recherche dans un vrai roman : une histoire dans l’Histoire.

Un grand merci à Sébastien pour sa confiance !

La guerre est une ruse de Frédéric Paulin, chez Agullo (Septembre 2018, 416 pages)



Frédéric Paulin écrit des romans noirs depuis presque dix ans. Il utilise la récente Histoire comme une matière première dont le travail peut faire surgir des vérités parfois cachées ou falsifiées par le discours officiel. Ses héros sont bien souvent plus corrompus ou faillibles que les mauvais garçons qu’ils sont censés neutraliser, mais ils ne sont que les témoins d’un monde où les frontières ne seront jamais plus parfaitement lisibles.
Il a notamment écrit Le monde est notre patrie (Goater, 2016), La peste soit des mangeurs de viande (La Manufacture de livre, 2017) et Les Cancrelats à coups de machette (Goater, 2018).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire