mercredi 19 septembre 2018

Le prince à la petite tasse


Alors en pleine rédaction de son roman " L’Enlèvement des Sabines", la romancière Emilie de Turckheim et sa famille accueille pour quelques mois chez elle Reza, Afghan, ayant fui son pays depuis l’âge de douze ans.
Reza, arrive en France après une longue errance et un passage par l’Europe du nord.
Sensibilisée par celles et ceux qui dorment dehors, et n’écoutant que son cœur et son bon sens, la romancière et sa famille s’ouvrent naturellement à la détresse  de  jeune homme particulièrement volontaire pour s’intégrer et devenir indépendant.

Ce livre est le journal, le récit des neuf mois de vie commune avec Reza.
N’ayant jamais lu l’auteur, je découvre à la fois la plume et son jardin secret qu’est la poésie. Chaque évènement, ou anecdote est accompagné de poèmes que l’auteur rédige et livre au lecteur.
On y découvre également une femme au grand cœur dans sa pratique quotidienne de l’accueil avec ce qu’il comporte de joie, de difficultés, de curiosité.
Emilie de Turckheim n’élude rien des difficultés face à l’autre dans sa différence. Elle manie l’humour pour désamorcer les blocages.
Je n’ai pas senti, dans ce récit, l’écueil de l’autopromotion, ou de l’autosatisfaction. C’est à mon sens un récit sincère. A contrario, émotionnellement, il manquait un peu de conviction.

Merci aux éditions Calmann-Levy et Netgalley pour la découverte

Le prince à la petite tasse d’Emilie de Turckheim, chez Calmann-Lévy (Août 2018, 216 pages)


Emilie de Turckheim vit et écrit à Paris. Elle publie à vingt-quatre ans Les Amants terrestres.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire