samedi 5 janvier 2019

Le dernier mousse


Alejandro a quinze ans ; il étudie au lycée. Et parce que voulant devenir marin afin d’aider sa mère veuve lui fût refusé, Alejandro se glisse clandestinement à bord d’une corvette de la marine chilienne devant accomplir son dernier voyage avant d’être désarmée.
Découvert, et implorant le capitaine, il devient le dernier mousse, prenant ainsi sa part à la dure vie des marins des mers du sud.
Francisco Coloane nous fait entrer dans ce monde de vieux durs au cœur tendre rompus à la rudesse des éléments ; solidaires et impitoyables à la fois ; maîtres d’eux et de leurs sentiments, mais infiniment humble devant la nature qui prend ici toute sa place.

Francisco Coloane, sous les traits d’un jeune garçon qui s’émancipe au fil des pages, nous délivre un message d’humanité et de profond respect pour les peuples oubliés de la Terre de feu ; à ce titre la fin dont je ne dirai absolument rien, est aussi inattendue d’émouvante.
Francisco Coloane a la prose efficace ; il va droit au but dans un style percutant et précis ; ni rondeur et ni circonvolutions ; il faut affronter le gros temps ; pas plus on ne tergiverse qu’on ne s’épanche.
Je lis ici l’auteur pour la troisième fois (Le sillage de la baleine / Le passant du bout du monde) ; et j’en apprécie davantage l’univers avec le temps.

Le dernier mousse de Francisco Coloane, traduit de l’espagnol (Chili) par François Gaudry chez Phébus (1996, 130 pages), disponible en poche chez libretto (Mai 2014 ;130 pages)


Francisco Coloane est un écrivain chilien, né à Quemchi, Chiloé en 1910 et mort à Santiago en 2002 .
Son père Juan Agustín qui décède, vaincu par le diabète, alors que Francisco n'a même pas dix ans, était capitaine du Yelcho, le premier baleinier du Chili. Sa mère, Humiliana Cárdenas, était agricultrice.
En 1923, il fait son premier voyage sur l'océan pour rejoindre Punta Arenas, à l'extrême sud du pays. Il s'y installe avec sa mère et fait ses études au séminaire de Ancud. Mais comble de malheur, sa mère décède à son tour en 1925.
A l'âge de 17 ans, Francisco abandonne le collège pour gagner sa vie. Il fait son service militaire et multiplie les expériences professionnelles : éleveur de moutons, dresseurs de chevaux, ouvrier agricole, baleinier, etc. Ces expériences lui permettent de côtoyer la population des régions arctiques où se mêlent marins, chasseurs de phoques, chercheurs d'or, contrebandiers, trafiquants et aventuriers mais aussi de connaître le mode de vie des Indiens dont il sera un grand défenseur.
Il écrit son premier conte intitulé "Chiens, chevaux, hommes", imitant l'œuvre de Ferdinand Ossendowski ("Bêtes, hommes et dieux").
C'est pendant un voyage à bord du navire école General Baquedano, qu'il a l'idée d'écrire "Le Dernier Mousse", publié en 1941 et qui sera lu par deux générations de chiliens. Le livre conte les aventures du jeune Alejandro Silva Cáceres qui s'embarque clandestinement à bord du Baquedano, une corvette de la marine dont c'est le dernier voyage et qui sera désarmée lors de son retour au port.
Il exerce la fonction d'inspecteur du travail à Punta Arenas, ce qui lui permet d'observer les rapports entre patron et employé, constatant tous les abus et les désarrois.
En 1936, il repart pour Santiago et occupe un poste au Service Culturel au Ministère du Travail. Il s'y lie d'amitié avec Pablo Neruda, Nicómedes Guzmán, Oreste Plath et d'autres écrivains empêtrés dans la bureaucratie pour pouvoir survivre.

En 1941, il reçoit le Prix du concours Zig-Zag pour "Le Dernier Mousse". En 1964, il reçoit le Prix National de Littérature, et en 1966 il est élu Président de la Société des Écrivains du Chili. En 1980, il devient membre de l'Académie chilienne de la Langue. En 1997, il est fait Chevalier des Arts et des Lettres en France.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire