jeudi 22 août 2019

Ceux que je suis


Que savons-nous des nôtres ? D’où venons-nous ?

Ali et Marwan les deux jumeaux et Foued le cadet ont grandi à Clichy dans une famille originaire du Maroc aimante, et armée de solides valeurs transmises aux trois fils. Ces derniers ont tous réussi.
Le père garagiste hors pair, travailleur, et respectueux des femmes meurt brutalement en laissant pour seuls impératifs : être enterré au pays, et que son cercueil sera accompagné par Marwan, un des deux jumeaux.

A Casablanca les fils vont à la rencontre de la grand-mère qui jusque là n’était qu’une lointaine parente.

Pourquoi le Maroc alors que la famille semblait si bien intégrée ? Pourquoi Marwan plutôt que les deux autres ?

C’est tout le propos de ce magnifique premier roman qui traite tout en pudeur, en délicatesse la question des origines, du déracinement, de l’identité, de l’amour filial, des liens du sang et du cœur.

Grave par les thèmes qu’il aborde, ce roman n’est pourtant pas dénué d’humour et d’insolence parfois. Sa construction hybride et son mode narratif pluriel lui donne ce qu’il faut de légèreté pour que jamais il ne sombre dans le pathos.

On passe de  très beaux moments de lecture jusqu’aux dernières pages qui se font de plus en plus émouvantes à mesure que l’on comprend de quelle matière cette famille s'est construite, ce qu’elle a vécu et transmis malgré les failles des uns et des autres.

Je remercie chaleureusement Arnaud Labory et Finitude pour l’envoi de ce livre.




Ceux que je suis de Olivier Dorchamps chez Finitude (Août 2019 ; 255 pages)

 Olivier Dorchamps est franco-britannique. Issu d’une famille cosmopolite, il a grandi à Paris et vit à Londres d’où il a choisi d’écrire en français.
Il pratique l’humour, l’amitié et la boxe régulièrement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire