dimanche 1 septembre 2019

Les petits de Décembre


Ma première ″rencontre″ avec Kaouther Adimi date maintenant de quelques années ; et ce fut pour son second roman, qui à l’époque ne circulait pas sous le manteau, mais presque ! Je la suis depuis, toujours avec le même plaisir, et toujours admirative de de la manière qu’elle a de mettre en mots les choses banales de la vie.

Il y a deux ans, nous entrions dans la vie d’un petit libraire d’Alger, aujourd’hui, toujours à Alger, mais plus près de nous dans le temps, nous entrons dans l’intimité d’une cité résidentielle plutôt privilégiée dont les enfants vont s’approprier la défense, et dénoncer les hypocrisies, pour parvenir à dénoncer les petits et grands (et surtout les grands) travers de la société algérienne qu’ils ne supportent plus.

Ce sont eux, les petits ; les enfants de la cité du 11 Décembre dont les parents se gardent bien de réagir aux évènements, par peur des représailles, par habitude, par lâcheté, ou par crainte du déclassement.

Alors quand deux généraux fort de leur bon droit arrivent et s’approprient le terrain vague où se réunissent les jeunes, ces derniers n’ont pas froid aux yeux pour chasser ceux qu’ils considèrent comme des intrus, es imposteurs, et des corrompus.

La jeunesse n’a pas dit son dernier mot ; tel est le propos de ce roman bien plus profond qu’il n’y parait. La jeunesse a des convictions, des rêves ; elle a des ambitions pour ce pays qui ne pense pas à eux. La jeunesse a de l’espoir et ne semble pas décidée à se taire ; au grand dam de leurs ainés, qui par résignation courbent l’échine et se résignent.

Les petits de Décembre de Kaouther Adimi, au Seuil (Août 2019, 250 pages)


Née en 1986 à Alger, Kaouther Adimi est diplômée en lettres modernes et en management international des ressources humaines. Actuellement, elle travaille comme responsable des ressources humaines dans une entreprise de luxe. Ses nouvelles ont été distinguées par le prix du jeune écrivain francophone de Muret (en 2006 et en 2008) et par le prix du FELIV (Festival international de la littérature et du livre de jeunesse d’Alger). Son second roman, L'Envers des autres (Actes Sud, 2011) est aussi paru en Algérie aux éditions Barzakh et a obtenu le prix de la Vocation. Son premier roman Des ballerines de Papicha est paru en 2010
Elle a publié chez Seuil Des pierres dans ma poche (2016), Nos richesses (2017).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire