mercredi 19 août 2020

Héritage

  Ce n’est pas l’auteur en lui-même qui m’a attiré vers cet ouvrage, mais son sujet, une histoire

familiale ; l’établissement au Chili d’un français au siècle dernier.

C’est mon premier livre de l’auteur que je me réjouissais de découvrir, l’ayant raté à chacune de ses publications. Hélas, c’est une déception…

C’est l’histoire du grand-père, qui poussé à la ruine à cause de la phylloxéra, part tenter sa chance ailleurs, en Californie. Atteint de la typhoïde, il sera débarqué à Valparaiso (quel merveilleux souvenir pour moi, soit dit en passant…), et y plantera son cep de vigne emporté dans ses bagages…

 Dans ce court (trop court, à mon goût, l’auteur relate les trois générations, tous déracinés, à leur manière, et en phase avec les combats et les luttes de leur époque.

 Chaque chapitre est consacré plus amplement à un personnage de la famille. L’auteur n’est autre que le représentant de la 4ème génération ; le fils de l’opposant à la dictature de Pinochet.

 Le tout est fluide, agréable à lire ; cependant je ne suis pas parvenue à m’attacher au moindre personnage. Ce n’est pas le fond qui m’a gêné. C’est davantage la forme. J’ai du mal avec les histoires familiales de 200 pages. Comment relater un siècle d’histoire familiale dans ce pays aussi riche historiquement, politiquement ? Comment monter la façon de reconstruire une vie, en partant de rien au bout du monde aussi succinctement ?

 J’aurais aimé plus de profondeur, plus de développement. J’aurais aimé que l’auteur prenne le temps d’installer ses personnages ; qu’il fouille, les décortique.

J’aurais aimé qu’il me fasse entrer dans cette famille et dans l’histoire de son nouveau pays.

 J’aurais aimé aimer ce livre dont j’attendais-un peu- qu’il prolonge ce que j’ai pu en apprendre et en voir.

 Sans doute, n’ai-je pas commencé avec le bon ouvrage…Mais mon entrée en matière m’a laissé sur ma faim ; et cela me rend triste.

 Un grand merci aux éditions Rivage pour leur gentillesse.

 Héritage de Miguel Bonnefoy aux éditions Rivages (Août 2020,210 pages)

 

Professeur de français et écrivain vénézuélien (né à Paris en1986), Miguel Bonnefoy est le fils d'un romancier chilien et d'une diplomate vénézuélienne.

Il a remporté le prix du Jeune Écrivain, en 2013, grâce à une nouvelle intitulée "Icare".

"Le voyage d'Octavio", son premier roman, fut finaliste du Prix Goncourt du premier roman, Prix Edmée de la Rochefoucauld, Prix L’Ile aux Livres, Prix Fénéon, Prix de la Vocation 2015 et Mention Spéciale du Jury au Prix des Cinq Continents.

En 2016, il a publié Jungle aux éditions Paulsen , Le Voyage d'Octavio  en 2015 et, en 2017, Sucre noir.

Il s’occupe de la production d’événements culturels pour la mairie de Caracas. Il est également professeur de français à l’Alliance française et organisateur des forums cinématographiques de la Foire du livre, place des Musées.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire