lundi 13 avril 2015

Les notes de la mousson



Entre Paris et Pondychéry, Fanny Saintenoy nous fait naviguer entre deux modes de vie, et des personnages qui à priori n’ont pas grand-chose en commun…à priori…

Le tout étant précédé d’un prologue un peu flou où ‘on assiste aux préparatifs d’un mariage. On ne sait rien des personnages ; pas plus leur nom que ce qu’ils sont et font dans la vie. C’est juste que l’on sent que les choses ne vont pas forcément se dérouler favorablement.

La fin est au contraire abrupte, expéditive, et dévoile tout ou presque.

Et le milieu, me direz-vous ? Un déroulé assez terne et fade où les personnages m’ont semblé plus qu’effleurés.

S’attaquer aux secrets de familles en 110 pages peut faire sourire tant on sait que dans le domaine, c’est dans la longueur que l’on peut installer des protagonistes, les travailler, et construire un scénario. Ici ça n’est pas le cas. Si l’écriture de Fanny Saintenoy est sensible, sa concision s’accommode assez mal pour ce type d’histoire qui exploitée de la sorte fruste davantage le lecteur qu’il  ne le comble.

Car, effectivement, une fois la dernière page tournée, on reste sur sa faim devant le peu de consistance  de ce roman  qui ne laissera pas de grands souvenirs.

Un grand merci à Babélio et aux éditions Versilio pour la lecture de ce livre dans le cadre d’une opération masse critique.

Les notes de la mousson, Fanny Saintenoy
Versilio, Avril 2015
120 pages

4ème de couverture :

Kanou est un petit prince choyé par tous, il grandit dans la douceur et les couleurs de Pondichéry. Mais sa mère, Galta, rêve de quitter l’Inde qui ne l’a jamais acceptée.

Quand elle remonte le fil de son passé, Galta découvre les vestiges d’un secret de famille qui va mettre en péril le monde idyllique de son fils.

Seule Angèle, à Paris,  connaît l’histoire douloureuse qui les lie tous les trois, une vérité sombre qui changera leurs destinées.
A propos de l’auteur :

Fanny Saintenoy est née en 1971 et vit à Paris avec ses deux enfants. Après avoir été professeur de français langue étrangère, et assistante au secrétariat particulier de Bertrand Delanoë, elle travaille aujourd'hui pour Paris Musées.
Son premier roman « Juste avant » a connu un large succès critique et public, il a été sélectionné sur de nombreuses listes de prix littéraires et a été traduit en hébreu. En mars 2013, elle a participé au roman choral "Qu4tre" chez Fayard, avec trois autres romanciers de la rentrée 2011. Elle écrit aussi des poèmes notamment en lien avec d'autres artistes, danseuses et surtout photographes.

3 commentaires:

  1. Ton manque d'enthousiasme ne m'incite pas à découvrir ce roman.

    RépondreSupprimer
  2. Dommage, c'est un environnement qui m'aurait bien plu.

    RépondreSupprimer
  3. Même impression, écriture billet en cours

    RépondreSupprimer